Séance 5. Le combat contre le chevalier Vermeil : le personnage de Perceval, un jeu avec le modèle littéraire du chevalier

, par PLAISANT-SOLER Estelle, Lycée Saint-Exupéry, Mantes-la-Jolie

Objectifs

- Réinvestir les acquis de la séance précédente pour replacer le Conte du Graal dans son contexte historique et littéraire et percevoir le jeu des similitudes et des différences dans la construction de l’image du chevalier à travers la scène du combat contre le Chevalier Vermeil. Il s’agit par ce travail de repérer la reprise et la transformation par Chrétien de Troyes des stéréotypes et des motifs épiques pour percevoir la singularité de l’œuvre.

- Il s’agit en outre de replacer Perceval au sein d’une autre tradition littéraire, celle du « nice » dont on dégarera les significations, caractéristiques de la sensibilité médiévale, et, à partir de lectures en correspondance, d’étudier brièvement a façon dont le thème se nuance et s’exprime différemment selon les conteurs pour analyser l’art de Chrétien.

Supports

LE CONTE DU GRAAL

- de la p. 53 « Le garçon s’éloigne sans attendre » à la p. 56 : « Ils se séparent et s’en vont. »

LECTURES EN CORRESPONDANCE

1) La remise en cause de la souveraineté d’Arthur

- Chrétien de Troyes, Cligès, vers 1524 à 1544, p. 335 à 336, puis vers 2176 à 2182, p. 356 : la coupe, symbole de pouvoir et de souveraineté
- Chrétien de Troyes, Le Chevalier de la Charrette, vers 43 à 79, p. 502 à 503 : le roman de Lancelot commence, comme le Conte du Graal par une remise en cause du pouvoir et de la souveraineté du roi Arthur.

2) Keu, un personnage marqué par son manque de courtoisie et sa parole « folle »

- Chrétien de Troyes, Le Chevalier au Lion, vers 86 à 135, p. 714 à 715 : Insultes de Keu à l’égard de Calogrenant, et reproches de la reine Guenièvre à son encontre.
- Chrétien de Troyes, Le Chevalier au Lion, vers 610 à 627, p. 731 : Nouveaux reproches adressés par la reine à Keu

3) Comparaison entre le personnage de Perceval et d’autres personnages de « chevaliers naïfs » antérieurs ou postérieurs à l’œuvre de Chrétien de Troyes

- Rainouart dans Le Cycle de Guillaume d’Orange
- Aiol dans La Chanson d’Aiol
- Lionnel dans La première Continuation du Conte du Graal

4) Lancelot, un personnage de Chrétien qui a également connu une enfance à l’écart de la cour arthurienne, mais cette enfance est bien différente de celle de Perceval

- Chrétien de Troyes, Le Chevalier de la Charrette, vers 2335 à 2350, p. 567 : Lancelot, élevé par une fée
- Chrétien de Troyes, Le Chevalier de la Charrette, vers 7051 à 7054, p. 702 : Lancelot n’est pas un « nice » en fait d’armes.

5) Forêt et folie

- Chrétien de Troyes, Le Chevalier au Lion, vers 2781 à 2828 : La folie d’Yvain, condamné par sa dame

Questions

1) Analysez la structure de l’épisode et comparez ses différentes étapes aux modèles littéraires de la tradition épique tels que vous les avez analysés dans la séance précédente. Que remarquez-vous ? Comment pouvez-vous l’interpréter ?

2) Quelle est l’attitude de Perceval face aux enjeux des différentes étapes du récit ? Que peut-on en déduire ?

3) Analysez le registre de la scène.

Suggestion d’analyse

On peut construire la séquence en deux temps : tout d’abord analyse de l’épisode du combat contre le Chevalier Vermeil, puis analyse du personnage de Perceval en tant que représentant du modèle littéraire du « nice ».

Le combat contre le Chevalier Vermeil permet tout d’abord de reprendre les acquis de la séance précédente : les élèves peuvent mesurer la métamorphose des motifs épiques du combat singulier ou de l’adoubement et leur parodie. La nature comique de l’épisode peut alors être étudiée. Enfin, la méconnaissance par Perceval des rapports féodaux, des signes du pouvoir que sont la coupe et l’insulte à la reine, et de la nature de l’armure permettent d’analyser la construction spécifique du personnage par Chrétien.

Dans un deuxième temps, la comparaison de Perceval avec d’autres figures de « nice » comme Rainouart ou Aïol permettent de relever les différents motifs stéréotypés et attendus par le lecteur pour un personnage d’ingénu dans un rôle guerrier. Cette confrontation du texte de Chrétien avec les lectures en correspondance offre par ailleurs la possibilité de mesurer l’originalité et le talent de Chrétien, qui élargit la « niceté » de Perceval à toutes les découvertes de ce dernier, et non plus seulement à son apprentissage guerrier. Le thème devient dès lors la pierre de touche du Conte en tant que roman d’éducation. Enfin, on peut analyser ici les différentes significations de la « niceté » : la forêt, l’opposition entre nature et culture (« nourriture » au Moyen Age) et la jeunesse, puisqu’on retrouvera à propos de la Pucelle aux Petites Manches les mêmes qualificatifs que pour Perceval.

Suggestion de lectures critiques

- Paule Le Rider, Le chevalier dans le Conte du Graal de Chrétien de Troyes, chap. V : « Le type littéraire de l’ingénu dans un rôle de guerrier », et chap. VI : « Le valet gallois », Sedes, 1978.
- Philippe Ménard, De Chrétien de Troyes au Tristan en prose, chap. IV : « Le thème comique du nice dans la chanson de geste et le roman arthurien », Droz, Genève, 1999.
- Jean-Marie Privat, « Le chevalier salvaige », L’Ecole des Lettres, n° spécial « Le Conte du Graal » 15 janvier 1996.
- Emmanuèle Baumgartner, Chrétien de Troyes, le Conte du Graal, chap. « L’exil ou le royaume », PUF, coll. Etudes littéraires, 1999.
- Lydie Louison, « La rencontre de Perceval et des chevaliers », L’Ecole des Lettres, n° spécial « Le Conte du Graal » 15 janvier 1996.

partager

title print