Séance 7. Gauvain dans le Conte du Graal : un personnage paradoxal. Reprise et transformation du modèle littéarire du neveu du roi Arthur

, par PLAISANT-SOLER Estelle, Lycée Saint-Exupéry, Mantes-la-Jolie

Objectifs

- Opérer une transition entre la « partie Perceval » et la « partie Gauvain » du Conte du Graal en comparant les deux personnages du conte.

- Il s’agit d’aborder d’abord la « partie Gauvain » dans son ensemble pour dégager les lignes directrices du renouvellement de la figure traditionnelle du neveu du roi Arthur, initiée par Chrétien dans cette œuvre, qui, de ce point de vue, diffère radicalement de ses textes antérieurs.

Supports

LE CONTE DU GRAAL

- L’ensemble de la partie « Gauvain » du Conte du Graal, de la p. 122 à 218.

LECTURES EN CORRESPONDANCE

1) Les autres interventions de Gauvain dans les romans de Chrétien de Troyes

- Chrétien de Troyes, Erec et Enide, vers 4143 à 4155, p. 192 : Gauvain, ami d’Erec
- Chrétien de Troyes, Cligès, vers 394 à 398, p. 302 : Gauvain, ami d’Alexandre
- Chrétien de Troyes, Cligès, vers 4565 à 4997, p. 429- 442 : Gauvain, invaincu par Cligès, devient son ami
- Chrétien de Troyes, Le Chevalier au Lion, vers 2400 à 2408, p. 789 : Gauvain, « soleil » de la chevalerie
- Chrétien de Troyes, Le Chevalier au Lion, vers 6102 à 6303, p. 913 à 919 : Gauvain, invaincu par Yvain, lui donne l’accolade

2) D’autres personnages de Chrétien subissant des humiliations comparables à celles de Gauvain

- Chrétien de Troyes, Le Chevalier de la charrette, vers 320 à 419, p. 510-512 : l’humiliation de Lancelot, qui peut évoquer celles que subit Gauvain lorsqu’il est moqué à Tintagel, puis lorsqu’il doit monter sur un roussin.
- Chrétien de Troyes, Erec et Enide, vers 4380 à 4383, p. 199 : humiliation d’un malheureux chevalier monté sur un ronçin
- Chrétien de Troyes, Le Chevalier au Lion, vers 4084 à 4103, p. 846 : l’humiliation de quatre chevaliers, montés sur de mauvais chevaux

Questions

1) A partir des différentes lectures en correspondance et du rôle de Gauvain dans l’épisode des trois gouttes de sang, analysez la figure traditionnelle de Gauvain et sa fonction dans les romans de chevalerie.

2) En quoi les paroles de Guiganbrésil et ses conséquences pour le personnage (p. 122-124) bouleversent-elles l’image traditionnelle du héros ?

3) Cherchez et relevez dans la partie Gauvain les moments où la figure du héros est également mise à mal.

4) Analysez la structure de la partie Gauvain : quels sont les différents épisodes ? Comment sont-ils liés entre eux ? Que pouvez-vous en déduire ?

Suggestion d’analyse

La « partie Gauvain » du Conte du Graal a longtemps été négligée par rapport à la « partie Perceval ». C’est pourtant un des lieux du roman où Chrétien retravaille le plus les sources de la « matière de Bretagne » pour manifester son originalité et problématiser les acquis de la tradition. La comparaison avec les autres interventions de Gauvain dans les romans de Chrétien de Troyes est éclairante : le neveu du roi Arthur y apparaît traditionnellement attaché à la mesure de la prouesse et de la courtoisie de chaque héros dont Chrétien fait successivement son personnage principal. Gauvain a ainsi pu être qualifié de « personnage-référence ».

Les élèves peuvent dès lors mesurer la complexification qu’inaugure le Conte du Graal : Gauvain est désormais alourdi d’un passé, marqué par la faute, et devient un personnage fondamentalement paradoxal, marqué par la dualité, à l’image des deux écus qu’il porte à Tintagel.

Suggestions de lectures critiques

- Jacques Ribard, Du mythique au mystique, « Un personnage paradoxal : le Gauvain du Conte du Graal », Champion, Paris, 1995.
- Paule Le Rider, Le chevalier dans le Conte du Graal de Chrétien de Troyes, chap. VIII : « Comment aborder l’histoire de Gauvain » et chap. X : « L’auteur et son personnage », Sedes, 1978.

partager

title print