Jardins naturalistes de Zola : Descriptions et registres. Séquence 2nde

, par PLAISANT-SOLER Estelle, Lycée Saint-Exupéry, Mantes-la-Jolie

Présentation de la séquence

- Objets d’étude :

  • Le naturalisme
  • Le travail de l’écriture
  • Ecrire, lire, publier : texte, péritexte et réception

- Perspectives d’étude :

  • Histoire littéraire et culturelle : naturalisme et impressionnisme
  • Registres : polémique, épique, lyrique, pathétique
  • Genres : le roman

- Supports :

  • Extraits de romans et de textes théoriques de Zola
  • Analyse de l’image : tableaux impressionnistes
  • Lecture cursive : un roman de Zola, de préférence La Faute de l’abbé Mouret ou L’Œuvre car des extraits auront été étudiés en classe.

Le cédérom "Le Musée imaginaire d’Emile Zola" : un support pédagogique pour la séquence

Présentation du cédérom

La richesse, tant iconographique que textuelle, de ce cédérom en fait un outil pédagogique essentiel pour le professeur. La plupart des tableaux impressionnistes étudiés dans cette séquence en sont issus.

Démarches pédagogiques

Une aide précieuse pour le professeur

La précision des analyses offertes par le cédérom m’a permis dans un premier temps de construire la problématique de la séquence. Le thème du jardin en effet n’est qu’une entrée dans l’univers zolien, et devait être complété par des analyses précises confrontant l’écriture naturaliste de Zola aux tableaux impressionnistes.

Un support utile pour les élèves

Le cédérom a été utilisé en classe en vidéoprojection. Cette démarche permet de montrer aux élèves des tableaux en couleur d’une bien meilleure qualité que les photocopies.

La démarche pédagogique a été la suivante :
- Projection du tableau souhaité grâce au cédérom "Le Musée imaginaire d’Emile Zola"
- Questions et dialogue avec les élèves pour mener l’analyse de ces tableaux et les confronter aux textes de Zola
- Vidéoprojection des séquences d’analyse des tableaux. Dans ces séquences, le tableau est commenté et comparé à des extraits de Zola.

Par cette démarche, les élèves sont toujours actifs. Les séquences vidéo proposées par le cédérom viennent compléter et approfondir leurs propres commentaires.

Pour aller plus loin grâce au "Musée imaginaire d’Emile Zola

D’autres exploitations pédagogiques du cédérom :
- Séance TICE - Zola et l’impressionnisme à partir du cédérom Le Musée imaginaire d’Emile Zola (Pagesjaunes Editions)

Les références du cédérom : http://www.cadmos.fr/

Tableau de la séquence

Tableau de la séquence

Séance 1. Du réalisme au naturalisme : héritages et spécificités

Objectifs

- Aborder la notion de mouvement littéraire par son caractère souvent polémique : un mouvement littéraire s’affirme par rapport aux autres scansions majeures de l’histoire littéraire et culturelle qui l’ont précédé, et définit souvent ses spécificités dans une écriture du manifeste.

- Première découverte du naturalisme selon Zola : une approche scientifique de la « vie réelle », qu’il faut « reproduire de façon exacte ».

- Préciser les notions de réalisme et de naturalisme.

Supports

Les principes du naturalisme de Zola

Travail préparatoire

Chercher les dates et les biographies de Balzac, Flaubert et Zola.

Lisez le texte et répondez aux questions suivantes :
1) Rédigez une brève notice biographique de Balzac, Flaubert et Zola.
2) Que pense Zola de Flaubert et de Balzac ? Vous vous appuierez sur des expressions précises du texte dont vous étudierez la dimension laudative ou péjorative.
3) Relevez de façon synthétique, sous forme de tableau, les termes et expressions qui définissent les trois caractères du roman naturaliste, et ceux auxquels cette conception du roman s’oppose.
4) Quel est le registre du texte ?

Activités

I. Du réalisme au naturalisme

Correction des questions 1 et 2

1) Trois maîtres du roman français du XIXème siècle

- Balzac, 1799-1850
Comédie humaine
Précurseur du réalisme

- Flaubert, 1821-1880
Maître des jeunes romanciers naturalistes. Ses premières œuvres témoignent d’un romantisme passionné (Mémoires d’un fou, La Tentation de Saint-Antoine, Salammbô), mais ses romans les plus célèbres relèvent d’une autre veine qu’on peut qualifier de réaliste : Madame Bovary, L’Education sentimentale.

- Zola, 1840-1902
Romancier et théoricien du naturalisme.

2) Le réalisme et le naturalisme

Définitions, héritages et spécificités.

II. Les principes du naturalisme selon Zola

Correction de la question 3

III. Le registre polémique

Correction de la question 4

Le registre polémique (un discours qui attaque une cible, laquelle a tenu ou est censée avoir tenu un discours adverse, réfuté avec virulence).

Séance 2. Combats dans un jardin : un jardin épique

Objectifs

- Le naturalisme : Approfondir la connaissance précise du naturalisme en opérant un va-et-vient entre texte théorique de Zola et texte narratif : texte et péritexte.

- Le registre épique

Supports

- Combats dans un jardin zolien

Travail préparatoire

Lisez les textes 1 et 2 ainsi que l’annexe 1 puis répondez aux questions suivantes :
1) Analysez le travail documentaire accompli par Zola en comparant les textes 1 et 2 à l’annexe 1 qui a inspiré la description de l’Ermitage, à l’aide d’un relevé précis des détails qui vous semblent significatifs.
2) En quoi peut-on dire que ce texte est naturaliste et correspond à la conception du roman défendue par Zola dans le texte étudié en séance 1 ?

Activités

I. Ecrire le réel

- 1) L’enquête et la recherche documentaire
Réponse à la question 1

- 2) Les limites de l’enquête : l’imagination au service de l’enquête
Zola, à partir de ses enquêtes, invente, imagine une explication rationnelle pour expliquer le réel.
Exemple : les deux soldats enlacés dans la mort.

II. Le registre épique

- Question : Quel est le registre du texte ?
Le registre épique.

- Question : Comment peut-on définir ce registre ?
Le grandissement des héros

- Ecriture d’invention : Rédigez la description d’une foule en mouvement de manière épique.

- Question : Si l’épique se caractérise par le grandissement des héros, comment ce registre est-il compatible avec la théorie du roman naturaliste définie par Zola, qui refuse précisément « les personnages grandis outre mesure, les pantins changés en colosses » ?

- Pour la séance suivante, lisez le texte de Victor Hugo. Relevez, classez et analysez tous les éléments qui appartiennent au registre épique et comparez l’épique chez Hugo et chez Zola en vue de répondre à la question de la cohérence du naturalisme et du registre épique dans La Débâcle.

Séance 3. Comparaison entre l’épique chez Zola et l’épique chez Hugo

Objectifs

- Approfondir la connaissance et la maîtrise du registre épique en analysant les caractéristiques du registre épique dans le texte de Hugo (forces en présence exprimées à l’aide de nombres hyperboliques et de singuliers collectifs, grandissement épique par de nombreux adjectifs hyperboliques et les figures d’assimilation, comparaisons et métaphores)

- Découvrir la méthode de l’histoire littéraire : analyser les spécificités d’un texte en le comparant à un texte antérieur célèbre (contexte littéraire).

- Comparer un texte naturaliste zolien à un texte romantique pour découvrir les points communs (Zola lui-même affirme souvent sa dette envers les romantiques) et les différences, les évolutions (Hugo fait intervenir la transcendance alors que Zola refuse de glisser dans le merveilleux et reste dans la « vie exacte »)

- Approfondir la connaissance précise du naturalisme en opérant un va-et-vient entre texte théorique de Zola (séance 1 et 3) et texte narratif (séance 2 et module) : texte et péritexte.

Supports

- La Débacle : extraits et documents annexes

- La bataille de Waterloo

Travail préparatoire

- Question : Si l’épique se caractérise par le grandissement des héros, comment ce registre est-il compatible avec la théorie du roman naturaliste définie par Zola, qui refuse précisément « les personnages grandis outre mesure, les pantins changés en colosses » ?

- Question :Lisez le texte de Victor Hugo. Relevez, classez et analysez tous les éléments qui appartiennent au registre épique et comparez l’épique chez Hugo et chez Zola en vue de répondre à la question de la cohérence du naturalisme et du registre épique dans La Débâcle.

Activités

- Correction des exercices.

- Les caractéristiques du registre épique dans le texte de Hugo (forces en présence exprimées à l’aide de nombres hyperboliques et de singuliers collectifs, grandissement épique par de nombreux adjectifs hyperboliques et les figures d’assimilation, comparaisons et métaphores.

- Différences entre l’épique chez Hugo et chez Zola : Hugo fait intervenir la transcendance. Le texte glisse dans le merveilleux alors que celui de Zola reste dans la vie ordinaire, exacte.

Séance 4. Le naturalisme : un regard scientifique porté sur le monde, mais qui n’exclut pas la dimension symbolique

Objectifs

- Ecrire, publier, lire : texte et péritexte. Approfondir la connaissance du naturalisme avec la théorie du roman expérimental et préciser la part de l’imagination romanesque par rapport aux exigences d’observation du réel de l’écrivain naturaliste.
- Mettre en pratique ces réflexions en comparant un extrait de La Débâcle et la page du « dossier préparatoire » correspondante. Travail de l’écriture : le texte définitif correspond à une élaboration progressive.
- Ecrire, publier, lire : contextualisation du texte de Zola par la comparaison avec des tableaux traitant du même sujet, mais dans une perspective totalement différente, et non naturaliste.

Supports

- Agrandissement épique et écriture naturaliste
- Annexes 3 et 4 du texte issu de La Débâcle

- Le Salon de 1975

Travail préparatoire

Lisez la lettre que Zola écrit à Henri Céard et répondez aux questions suivantes :
1) De quoi Zola a-t-il souvent été accusé, selon ses propres dires ?
2) Quelle est sa réaction ? Comment définit-il et justifie-t-il l’écriture naturaliste et la présence, au sein de celle-ci, du registre épique.

Activités

I. Traquer le réel avec l’imaginaire
II. Un regard scientifique, et donc naturaliste, porté sur la réalité

- Questions : Lisez les annexes 2 et 3 qui accompagnent le texte issu de La Débâcle et répondez aux questions suivantes en comparant ces documents au texte 2.
1) Analysez le personnage de Rochas. Comment est-il présenté tout au long du texte ? En vous appuyant sur le document 2, interprétez sa fonction dans le récit de Zola et étudiez l’élaboration progressive du texte définitif.
2) A la lumière des documents 2 et 3, analysez la dernière phrase du texte 2. Que désigne le terme « légende » dans ce texte ? Comment peut-on en interpréter la « fin » ?
3) Comment est mis en scène le combat ? Analysez l’expression « folie héroïque » qui qualifie Gaude dans le 5ème paragraphe. Quelle vision de l’héroïsme veut-il donner ?

- Interprétation : Zola a donc une conception de l’épique radicalement différente de celle de Hugo : son texte issu de La Débâcle affirme ainsi la fin de d’une certaine conception de l’héroïsme et de l’écriture épique qui lui était liée. Son texte a donc une dimension polémique implicite. Il s’oppose au romantisme.

III. Entre dénonciation de l’état-major et glorification du soldat

Malgré la longue enquête de terrain, Zola a besoin d’images très évocatrices et fortes pour restituer l’atmosphère de la guerre. De plus, ce roman sur la défaite allait heurter le patriotisme français, ce dont il a d’ailleurs été accusé. Pour rendre son texte plus vivant et moins choquant lors de la réception, ses textes s’inspirent également de peintures d’histoire qui évoquent des images familières au lecteur, comme la mort héroïque d’un clairon ou une maison barricadée.

Voir les tableaux
- Edouard Detaille, Le Rêve, 1888
- Edouard Detaille, Cosaques attaqués par la Garde Royale, 1970
- Alphonse-Marie de Neuville, Le Cimetière de Saint-Privas, le 18 août 1870, après 1870
- Alphonse-Marie de Neuville, Attaque d’une maison barricadée à Villersexel, 1875

- Question : Lire les extraits de Zola consacrés à ces peintres. Quel regard Zola porte-t-il sur eux ?
Ce ne sont pas des peintres que Zola admire, mais qui sont très reconnus par le public de l’époque, et qui sont notamment acceptées dans les salons. Il s’agit surtout pour l’écrivain de produire autre chose : un tableau qui ait le même sujet, mais non la même idée. Celle qu’il veut défendre est l’importance de la science, y compris dans la guerre, et l’insuffisance de l’héroïsme idéaliste.

Séance 5. Un jardin amoureux : un jardin lyrique

Objectifs

- Récit et description : structure et fonctions de la description dans le roman, l’implicite, narration indirecte et allusions mythiques. Révision des techniques du récit : narrateur, point de vue.

- Le registre lyrique.

- Ecrire, publier, lire : une œuvre, sa diffusion et sa réception

- Travail de l’écriture : réinvestir les acquis de la séance précédente en comparant une nouvelle page romanesque de Zola et le dossier préparatoire qui a présidé à sa rédaction définitive. Dimension lexicale du naturalisme

Supports

- Albine et Serge au jardin du Paradou

Travail préparatoire

Lisez les textes 1 et 2 ainsi que les documents annexes puis répondez aux questions suivantes :
1) Analysez le travail préparatoire et documentaire accompli par Zola en comparant les textes 1 et 2 aux annexes qui ont inspiré la description du jardin du Paradou.
2) En quoi peut-on dire que ces textes sont naturalistes et correspondent à la conception défendue par Zola dans les textes étudiés lors des séances précédentes.

Activités

I. Dimension naturaliste du jardin du Paradou

1) Un jardin nettement construit

- Question : : observez le plan du jardin du Paradou dessiné par Zola. Quelles observations pouvez-vous faire ?
Importance du plan : pour une plus grande rationalité de la description.

2) Signification naturaliste des listes de vocabulaire technique

- Question : observez les listes de mots établies par Zola. Quelles observations pouvez vous faire ?
L’importance des listes.
La description, et plus encore la description naturaliste, est liée à la notion de savoir. Ainsi Zola consulte puis constitue au sein de son texte des textes de savoir : c’est-à-dire des textes déjà écrits ailleurs. Il y a donc une part d’intertextualité lorsque Zola décrivant le jardin du Paradou dans La Faute de l’abbé Mouret recopie les manuels et les catalogues d’horticulture.
La description est essentielle dans l’écriture naturaliste, car c’est elle qui permet de donner l’illusion du vrai, et plus les termes seront précis et techniques, plus le texte se rapprochera de « la vie exacte », formule employée par Zola pour défendre sa pratique du roman.
Méthode de la description zolienne. Zola commence d’abord par réunir sa documentation avant d’écrire sa description, puis rédige les descriptions proprement dites avant de les encadrer par les passages narratifs proprement dits.

Travail préparatoire

Relisez le texte 2 et répondez aux questions suivantes :
1) Champs lexicaux
Relevez les principaux champs lexicaux du texte. Quelle figure de style les relie-t-elle ? Comment l’interprétez-vous ?
2) Description et récit
Que se passe-t-il durant cette description pour les personnages ? En quoi cette description fait-elle progresser le récit ? Quels éléments du texte permettent de le comprendre ? Pourquoi, d’après vous, Zola choisit-il de décrire plutôt que de raconter ?

3) Le jardin
- Question : Analysez la première phrase du texte. Quelle figure de style présente-t-elle ? Où la retrouve-t-on dans le texte ? Que désigne le terme « faute » ? A quel jardin mythique est-il fait allusion de façon implicite (justifiez votre réponse) ?

II. Structure et fonctions de la description / Description et récit

1) Une description métaphorique

- Deux champs lexicaux, celui de la nature et celui de l’amour, liés par une métaphore filée qui marque la communion entre les personnages et la nature.
- La description est construite à partir du regard d’Albine et Serge. C’est donc un point de vue interne. Les nombreuses marques de subjectivité montrent que le paysage est ici le reflet de l’état d’âme des deux personnages. La description permet au lecteur d’avoir accès aux sentiments des deux personnages. C’est donc une description « expressive ».

2) Une description qui masque un récit indirect

- Le champ lexical de l’amour et des sentiments est marqué au sein du texte par une évolution qui montre l’amplification de la passion : des « chuchotements » aux « caresses », puis à la « passion » et à la « nudité », puis à « l’accouplement » et aux « étreintes » et enfin au « sanglot d’ivresse » et au « ravissement surhumain ». La description masque donc le récit implicite de la consommation par Albine et Serge de l’acte sexuel.
- Cette description, loin d’être tout à fait une pause dans le récit, a une fonction narrative grâce aux informations implicites qu’elle donne sur l’évolution psychologique des personnages. Elle a ainsi une fonction symbolique : elle permet au narrateur, par une « tactique de déplacement », d’exprimer l’interdit de la relation amoureuse. La personnification du jardin permet l’ellipse de la description de l’acte sexuel par déplacement.

3) Ce récit indirect est renforcé par l’allusion implicite à un autre récit centré sur un jardin : le mythe du jardin d’Eden

La présence de l’arbre et l’emploi du terme « faute » dans un cadre religieux évoque le mythe du jardin d’Eden. Il y a donc dans ce texte la réécriture du mythe biblique.

4) Du lieu à l’homme : une description naturaliste
Lisez l’extrait du Roman expérimental de Zola

- Questions : Lisez ce texte de Zola et répondez aux questions suivantes :
1) Quelle est la fonction, selon Zola, de la description dans un roman naturaliste ?
2) En quoi ce texte peut-il éclairer la description du Paradou dans La Faute de l’abbé Mouret ?

III. Le registre lyrique

Définition et exercices sur le registre lyrique.

IV. Ecrire, publier, lire : un texte et sa réception (réinvestissement des acquis sur la polémique)

Lisez deux commentaires de l’œuvre de Zola écrits par deux lecteurs de l’époque

- Questions : Lisez ces deux commentaires de l’œuvre de Zola et répondez aux questions suivantes :
1) Sur quel passage du roman de Zola ces deux textes s’appuient-ils ?
2) Confrontez les deux interprétations du roman qui sont ici proposées. En quoi peut-on dire que, d’une certaine façon, elles se répondent ?
3) A quel registre peuvent dès lors appartenir ces deux textes ?

V. Impressionnisme et naturalisme : une parenté dans l’écriture de la sensation

- Question : Relisez les textes issus de La Faute de l’abbé Mouret et faites le relevé des différentes sensations convoquées dans la description. Comment pouvez-vous l’interpréter ?

Les écrivains naturalistes accordent une grande importance à la sensation, car elle est un moyen d’accéder au réel. Cette prééminence de la sensation va de pair avec le point de vue interne au personnage, ce qui permet au narrateur de rester caché, masqué, conformément au « troisième caractère » du roman naturaliste tel que Zola le définit dans le texte étudié lors de la séance 1.

Cependant, cette écriture de la sensation n’est pas exclusivement naturaliste. Les écrivains l’ont en grande partie empruntée à la peinture impressionniste qui naît à la même époque.

Jules Lafargue, Mélanges posthumes L’impressionnisme voit et rend la nature telle qu’elle est, c’est-à-dire uniquement en vibrations colorées. Ni dessin, ni lumière, ni modelé, ni perspective, ni clair-obscur, ces classifications enfantines : tout cela se résout en réalité en vibrations colorées et doit être obtenu sur la toile uniquement par vibrations colorées. [...] L’œil du maître sera celui qui discernera et rendra les dégradations, les décompositions les plus sensibles, cela sur une simple toile plate. Ce principe a été, non systématiquement, mais par génie, appliqué en poésie et dans le roman chez nous.

- Question : Analysez les textes de Zola issus de La Faute de l’abbé Mouret à la lumière de ce texte.

Séance 6. Jardins naturalistes et jardins impressionnistesZola, au cœur de la polémique impressionniste

Objectifs

- Approfondir les connaissances sur le naturalisme en l’inscrivant dans l’histoire de l’art du XIXème siècle : approfondir les connaissances sur le contexte des œuvres de Zola pour mieux en comprendre les références implicites à la peinture impressionniste.

- Réinvestissement des acquis de la séance 1 sur le registre polémique.

- Réinvestissement des acquis sur l’argumentation et l’éloge et le blâme.

- Analyse de l’image : acquisition de références culturelles indispensables pour connaître le XIXème siècle et première approche des similitudes thématiques et esthétiques entre naturalisme et impressionnisme.

Supports

- Zola et l’impressionnisme : Tableaux impressionnistes de Monet, Renoir et Manet, comparés à des textes théoriques de Zola. Quelques caricatures des peintres impressionnistes parus dans les journaux de l’époque.

Travail préparatoire

Lisez les trois textes de Zola sur la peinture impressionniste, puis observer les caricatures et répondez aux questions suivantes :
1) Rappelez les caractéristiques du registre polémique, puis relevez dans les textes et les caricatures tous les éléments qui font allusion à la polémique au cœur de laquelle se trouvent les impressionnistes.
2) Analysez, à partir des textes de Zola, l’importance de la modernité chez les peintres impressionnistes. En quoi cet élément rapproche-t-il les peintres des théories romanesques de l’écrivain ?
3) Analysez les raisons, les enjeux et les conséquences de la nouvelle façon de travailler des impressionnistes : le plein air. Comment cela est-il reçu par le public ? (Vous répondrez en vous appuyant sur les textes de Zola ainsi que sur les images)
4) Analysez la conception que les impressionnistes ont de la lumière. Quelle est la conséquence de cette nouvelle manière de voir sur la couleur ? Comment cela est-il perçu par le public (à travers les textes de Zola et les images) ?
5) En quoi ce regard nouveau fait-il des impressionnistes des « naturalistes » selon Zola ? Quels points communs remarquez-vous entre les théories de la peinture impressionnistes analysées par Zola et celles du roman naturaliste définies également par l’écrivain ?

Activités

I. Une polémique dans laquelle Zola est très tôt intervenu et à laquelle ce mouvement pictural doit même son nom

Correction de la question 1.

II. Une peinture moderne

Correction de la question 2.

Les impressionnistes sont avant tout des paysagistes, mais ils refusent les spectacles grandioses de la nature tels que les ont peints les romantiques.

Exemple de tableau romantique : Caspar David Friedrich, Le Voyageur au-dessus de la mer des nuages, 1818

Les impressionnistes choisissent des paysages modestes, quotidiens, ce qui est déjà un point commun avec les théories naturalistes de Zola. D’où leur prédilection pour le motif des jardins, qui sont à la fois nature et paysage urbain, moderne. Et c’est la vie moderne qui fascine les impressionnistes, comme Zola.

Les jardins au XIXème siècle
On retrouve ici toute l’histoire des jardins du XIXème siècle, liée à l’essor de l’urbanisation. La France en effet est dominée par les grands projets d’urbanisme du second Empire. Avec l’aide d’Haussmann, Napoléon III décide tout un aménagement des parcs urbains pour éblouir les foules et glorifier le pouvoir : le bois de Boulogne, le bois de Vincennes, le parc Monceau, le parc Montsouris, les jardins du Champ-de-Mars, les Buttes-Chaumont voient successivement le jour.

III. Le plein air

Correction de la question 3.

Une nouvelle façon de travailler : le plein air, ses enjeux et ses conséquences.
Les impressionnistes ne travaillent plus en atelier mais avant tout en plein air. Ainsi Monet, pour exécuter dans un jardin de Ville-d’Avray ses Femmes au jardin de 1867, fait creuser une tranchée, installer un treuil, une poutre, des cordes, pour avoir accès à toutes les parties de sa toile de 2,25 m sur 2,05.
La conséquence de ce travail en plein air est la nécessité de travailler vite, et l’impression d’ébauche et d’inachevé qui ressort de ces toiles.

IV. La lumière et la couleur

Correction des questions 4 et 5.
L’élément essentiel dans la nature pour les impressionnistes est la lumière, qui transfigure même les aspects les plus quelconques. L’objectif des impressionnistes est de fixer sur leur toile cette image changeante due à la lumière.

La couleur et la technique nouvelle de la petite touche
Les peintures impressionnistes sont des peintures claires et d’une grande richesse de couleur, qui s’oppose au clair-obscur des peintures académiques.
Ce qui surtout fait scandale, c’est le fait que les impressionnistes colorent les ombres que nous voyons noires ou grises : elles deviennent bleues, mauves, violettes, etc.
En effet, ce travail des touches repose sur la théorie d « mélange optique ». Les peintres ne mélangent pas les tons sur la palette, mais les juxtaposent sur la toile, pour que ce soit l’œil du spectateur et non le pinceau du peintre qui effectue ce mélange. Cette technique de la division de la touche renforce le caractère inachevé du tableau tout en s’apparentant à un regard « naturaliste » porté sur le monde : les impressionnistes veulent rendre la réalité telle qu’elle est appréhendée par la sensation humaine.

Séance 7. L’Œuvre de Zola, un roman sur les peintres impressionnistes. Présence de l’histoire de l’art au sein de l’écriture romanesque

Objectifs

- Approfondir la connaissance du naturalisme en analysant de façon précise les influences réciproques de ce mouvement littéraire et de l’impressionnisme.

- Les relations entre texte et image : l’image comme source d’un écrit romanesque.

- Travailler les limites entre texte théorique et texte romanesque dans les techniques d’écriture en comparant deux modes de réflexion sur l’art, au sein d’un Salon et au sein d’un roman.

Supports

- Extraits de L’Œuvre de Zola

Activités

- Questions : Lisez le texte de Zola et répondez aux questions suivantes :
1) Comment le personnage de Claude analyse-t-il l’histoire de l’art du XIXème siècle. A quels peintres et à quels mouvements artistiques fait-il allusion ?
2) Retrouvez, dans cet extrait de L’Œuvre, les refus et les remises en question revendiqués par les peintres impressionnistes par rapport à la peinture académique que vous avez analysés dans les Salons de Zola.
3) Quelles techniques picturales instaurées par les impressionnistes retrouvez-vous dans ce texte romanesque ?
4) Comment Zola transforme-t-il ses textes théoriques en écriture romanesque dans cet extrait ?

- Interprétation :
Claude désapprend progressivement l’histoire de l’art. Au fini académique du dessin, par lequel commençaient les peintres (cf. le nu académique de Cézanne), il préfère la spontanéité de l’ébauche, aux demi-teintes du clair-obscur qui dominent toute la peinture jusqu’aux romantiques, il préfère une palette claire et multicolore.

- Questions : Lisez ce texte de Zola et répondez aux questions suivantes :
1) Quelles spécificités de l’art impressionniste Zola met-il en évidence à travers le regard de Christine ?
2) Comment peut-on comprendre l’incompréhension de cette dernière ?

Zola, L’Œuvre (1886) : Christine observe les toiles de son mari Claude

D’ailleurs, elle trouvait très jolies ses dernières toiles. Après cette année de repos en pleine campagne, en pleine lumière, il peignait avec une vision nouvelle, comme éclaircie, d’une gaieté de tons chantante. Jamais encore il n’avait eu cette science des reflets, cette sensation si juste des êtres et des choses, baignant dans la clarté diffuse. Et, désormais, elle aurait déclaré cela absolument bien, gagnée par ce régal de couleurs, s’il avait voulu finir davantage, et si elle n’était restée interdite parfois, devant un terrain lilas ou devant un arbre bleu, qui déroutaient toutes ses idées arrêtées de coloration. Un jour qu’elle osait se permettre une critique, précisément à cause d’un peuplier lavé d’azur, il lui avait fait constater, sur la nature même, ce bleuissement délicat des feuilles. C’était vrai pourtant, l’arbre était bleu ; mais, au fond, elle ne se rendait pas, condamnait la réalité : il ne pouvait y avoir des arbres bleus dans la nature.
Elle ne parla plus que gravement des études qu’il accrochait aux murs de la salle.

- Interprétation :
Le regard naïf de Christine permet à Zola de mettre en évidence le travail sur les reflets opéré par les peintres impressionnistes : les vibrations de la couleur qui bouleversent la gamme chromatique traditionnelle. Cependant Christine ne peut se défaire des habitudes visuelles héritées de la peinture académique. Elle constate effectivement que les couleurs rebondissent les unes sur les autres au soleil, mais ne peut accepter de remettre en question le précepte académique de l’indépendance des tons.

Séance 8. Peindre, exposer, observer dans L’Œuvre de Zola

Objectifs

- Réinvestir en peinture les acquis de l’objectif « Lire, écrire, publier » analysés à partir des œuvres romanesques de Zola.

- Revoir les différents types d’énoncés présents dans un texte romanesque : narration, description, paroles rapportées et en analyser les fonctions et les visées.

- Approfondir les relations entre texte et image et analyser une référence culturelle picturale essentielle dans l’histoire de l’art du XIXème siècle.

- Réinvestir les acquis sur le registre polémique.

Supports

- Un tableau de Claude dans L’Œuvre : Plein air, inspiré du « Déjeuner sur l’herbe de Manet

Activités

- Questions : Lisez les deux textes de Zola et observez le tableau de Manet puis répondez aux questions suivantes :
1) Quels détails du tableau de Claude, dans les textes 1 et 2 de L’Œuvre permettent de voir que Zola s’est inspiré très précisément du tableau de Manet, Le Déjeuner sur l’herbe  ?
2) Le texte 3 de L’Œuvre présente trois types d’énoncés : narration, description et paroles rapportées. Quelles sont les fonctions de chacun d’eux et comment permettent-ils au lecteur de comprendre la cible du texte ?
3) Comparez le texte 3 de L’Œuvre et le texte critique de Zola sur Edouard Manet. Comment Zola analyse-t-il le tableau et comment explique-t-il les réactions du public. Quel regard porte-t-il, dans l’un et l’autre texte, sur la foule ?

Séance 9. La mort dans le jardin : un jardin pathétique

Objectifs

- Réinvestissement des acquis de la séance 5 sur le fonctionnement du récit et de la description.

- Dimension lexicale du naturalisme

- Le registre pathétique

Supports

- La mort d’Albine dans le jardin du paradou

Activités

- Questions : Lisez le texte de Zola relatant la mort d’Albine, et répondez aux questions suivantes :
1) Analysez la dimension naturaliste de ce texte.
2) Comparez cette seconde description du parc du Paradou avec celle que vous avez déjà analysée dans la séance 5. Quelles ressemblances et quelles différences remarquez-vous ? Quelle est la fonction de cette description dans le récit, comment est-elle reçue par le lecteur, qui, d’une certaine façon, la connaît déjà.
3) Analysez le registre du texte.

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)