Journal de classe – Journal de confinement Mobiliser, motiver les élèves de 2nde

, par DISCLYN Constance

L’expérience de « Journal de confinement » rapportée dans le présent article a été mise en place au lycée Marie Curie (Versailles) sous la forme d’un « vrai journal ». Cela s’est fait à l’échelle d’une classe, de son équipe pédagogique et de l’équipe de direction, sur plus ou moins quatre semaines, depuis la dernière semaine avant les vacances de printemps jusqu’au 30 avril, date de sortie du second numéro.

Présentation du projet

Une approche pragmatique

Dans le contexte particulier du confinement, l’objet d’étude de seconde « Littérature d’idées et presse » semblait se prêter particulièrement à l’élaboration d’un projet commun permettant aux élèves :

  • d’aborder la question de façon pragmatique,
  • de travailler en groupe classe, malgré la distance.

Une approche par compétences

La classe de seconde concernée a la particularité d’être évaluée « sans notes », mais par degrés de compétences.
Dès le début, nous avons, avec les élèves, identifié les compétences requises pour mener à bien ce projet :

  • Communiquer à l’écrit
    – rédiger un article / une critique argumentée
    – trouver des titres percutants
    – maîtriser le langage courant
  • Réaliser un article de presse
    Soit produire un article de presse répondant à des consignes précises :
    – mise en page
    – illustration
    – indication des sources…
  • S’engager dans sa réussite
    – rendre un travail terminé dans un délai donné
    – conduire un travail en autonomie ou gérer un travail de groupe à distance
    – respecter les consignes

Chaque élève avait donc en tête ces compétences pour réaliser le travail demandé.

Objectifs

Nous avons retenu, pour ce projet de classe, les objectifs suivants :

  • Reconstituer à distance l’émulation d’un travail en groupe classe
    – produire un travail de groupe,
    – reconnecter les élèves entre eux.
  • Faire une incursion dans le monde de la presse
    – proposer une expérience éditoriale,
    – faire réaliser un « vrai » journal, en guise d’évaluation sommative pour la séquence du programme consacrée à la littérature d’idées et à la presse.
  • Motiver les élèves en les faisant s’investir dans un travail moins « scolaire »
    – proposer une diversité de rubriques garantissant ainsi aux élèves une liberté plus grande,
    – laisser le choix des rubriques, puisque chacune évalue les mêmes compétences. Les élèves seront donc tous à égalité devant la réussite de leur travail.
    Présentation des rubriques
  • Savoir finaliser une tâche
    – apprendre à terminer véritablement un travail avant de le rendre,
    – prendre l’habitude de se relire,
    – faire siennes les exigences de Boileau :

    Hâtez-vous lentement, et sans perdre courage, Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage, Polissez-le sans cesse, et le repolissez….

    Tout travail incomplet ou mal écrit était retourné avec le risque de ne pas être publié. », ce qui s’est avéré très efficace !

Démarche et activités

PNG
Source : Mme Bernos - http://lebateaulivre.over-blog.fr/

Les pré-requis

La séquence sur la presse faisait suite à l’étude de Bel-Ami de Maupassant en œuvre intégrale ; les élèves disposaient de ce fait des pré-requis indispensables.
La présente séquence s’inscrivait ainsi en prolongement de l’étude du roman et permettait d’ancrer l’œuvre dans le réel du monde et des problématiques journalistiques :

  • découverte du monde de la presse au XIXe ;
  • dangers de la diffamation ;
  • enjeux de la presse face au pouvoir ;
  • codes de déontologie des journalistes.

Séance d’ouverture - Remue-méninges sur la presse

La séquence a débuté par une séance en classe virtuelle qui a pris la forme d’un remue-méninges sur la presse.
Cela a permis aux élèves de réactiver leurs connaissances du collège, d’établir des liens avec le roman de Maupassant, et de comprendre les enjeux de la séquence :

  • percevoir les fonctions et formes de médias,
  • faire l’apprentissage d’une lecture critique de la presse et des médias en général,
  • prendre conscience des travers de la désinformation,
  • comprendre les obligations des journalistes.

Source : CLEMI – Toulouse - 2015
Source : CLEMI - Toulouse 2015

Rédiger un article de presse

Séance 2 - Le monde de la presse

Durée : environ 3h
Modalités : à distance, en relative autonomie

Cette séance a été l’occasion d’une plongée dans le monde des médias et permis de dégager quels peuvent être les enjeux de la presse.

Séance 3 - info / intox

Durée : environ 2h

Trois activités ont été proposées aux élèves :

  • Réaliser cette activité : « Fake news et infox : rester critique face à l’information »
    Une activité proposée en ligne par le Livre scolaire - Histoire 1ère.
    Les élèves devaient répondre aux questions sur feuille libre.
  • Consulter les panneaux de l’exposition virtuelle « Histoires de fausses nouvelles » réalisée en partenariat par le service de l’éducation artistique et culturelle de la BnF et le Centre pour l’éducation aux médias et à l’information (CLEMI) et accessible en ligne sur le site de la BnF - http://expositions.bnf.fr/presse/pedago/07.htm

Il a ensuite été demandé aux élèves d’établir une synthèse sur les « Infox » avec les entrées suivantes :

  • les sites concernés,
  • les dangers,
  • les moyens de les débusquer,
  • exemples de fake news sur le coronavirus.

La synthèse devait être envoyée et déposée dans le casier numérique.

Séance 4 - Le dessin de presse

Durée : environ 1h
Un travail d’observation et de réflexion a été proposé aux élèves en ligne à partir d’un document partagé sur le dessin de presse.
À partir d’un florilège de dessins de presse autour du thème du coronavirus, les élèves étaient invités à observer les dessins, prendre en notes leurs observations, et essayer de cerner la thèse sous-tendue par chaque dessin. In fine, cela conduisait à comprendre le fonctionnement de l’image satirique et à en percevoir les fonctions et visées.

Séance 5- En bref... Presse et littérature d’idées

Les élèves ont travaillé à partir de leur manuel [1]
Ils devaient lire la double page et en proposer une synthèse, puis compléter le travail par différents exercices les conduisant à réfléchir sur la pratique de la critique et les liens qu’entretiennent critique et argumentation.

  • un exercice sur un extrait de critique littéraire [2]
  • un exercice consacré à « dessin de presse et caricature » [3]
  • un exercice sur reportage et argumentation [4]
    La correction a été mise en ligne le soir sur Pronote.

Réalisation du journal : la Feuille de route

ÉTAPE 1 - Lancement du projet

Le cadre ainsi posé, une semaine avant les vacances, le projet du journal de classe a été lancé sous forme de lettre, envoyée aux élèves par mail et sur Pronote.

La lettre projet

Le document détaillait :

  • les objectifs de ce projet,
  • les compétences évaluées,
  • les consignes de travail,
  • le lien à suivre pour accéder au document d’inscription.

ÉTAPE 2 - Organisation et répartition des tâches

Délai : 3 jours
Le document d’inscription se présentait sous la forme d’un document partagé, modifiable par les élèves.

Organisation & consignes

Leur était également précisé le planning à tenir.

Ils avaient notamment trois jours pour :

  • s’inscrire dans la rubrique souhaitée,

  • proposer un titre pour le journal et voter.

ÉTAPE 3 - Le temps de l’enquête et de l’élaboration de l’article

Délai : 3 semaines
Les journalistes en herbe avaient ensuite trois semaines (dont deux semaines de vacances) pour rédiger et envoyer leurs articles.

ÉTAPE 4 - La finalisation

La professeure « Rédactrice en chef » se chargeait de la vérification des articles et de la mise en page de façon à aboutir à un travail fini : leur journal « S’en sortir sans sortir » .

ÉTAPE 5 - La diffusion

Les deux numéros ont été envoyés via l’ENT, à une semaine d’écart, aux élèves, parents d’élèves, professeurs de la classe et au chef d’établissement.

Journal de confinement n° 1
Journal de confinement n° 2

Bilan pédagogique et didactique

Ce projet a permis aux élèves de développer de multiples compétences, et de se remotiver. En effet, plusieurs élèves « décrocheurs » se sont investis : pour certains c’est le seul devoir qu’ils m’ont rendu depuis le début du confinement.

Le risque de « non publication » a conduit chacun à reprendre son travail et a permis à tous de prendre conscience de l’importance du brouillon, de la relecture, de l’auto-correction.

Certaines difficultés ont rendu complexe l’aboutissement de ce projet :

  • Manque de maîtrise des supports numériques : beaucoup d’élèves ne savent pas rédiger sur un document en traitement de texte et le travail de mise en page a été très dense.
  • Ressources matérielles dont plusieurs élèves ne bénéficiaient pas : certains m’ont envoyé leur article directement rédigé sur le mail ; le dessin en Une, effectué par une élève, a été envoyé sous forme de photo prise avec un téléphone. Dans un contexte « hors confinement » cette difficulté serait aisément contournée par des séances en salle informatique.
  • Indication des sources : la très grande majorité des élèves omettent de préciser les sources de leurs informations / images. Ces écueils leur auront permis de réfléchir sur l’importance de les faire figurer sur les travaux plus classiques.

Notes

[1Méthodes et pratiques - Le français au lycée - Bordas) p. 226-227

[2Ibid. ex. 2 p.228

[3Ibid. ex. 3 p.228

[4Ibid. ex. 5 p.229

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)