Entre Ulysse et Shéhérazade - La parole et le pouvoir Humanités, Littérature et Philosophie - Les pouvoirs de la parole

, par BERNOLLE Marie-Anne, Rattachée à la DAFOR , Chargée de mission pour l’Inspection de Lettres

Deux séquences complémentaires pour faire réfléchir les élèves sur le lien entre parole et pouvoir.
Proposition de Maud Carlier-Sirat & Cécile Victorri

INTRODUCTION
La première séquence s’intéresse à une figure masculine ; et si l’on faisait le procès d’Ulysse ... Peut-on accuser Ulysse de faire un usage dangereux et malhonnête de la parole ?
Comme pour constituer un diptyque signifiant, la deuxième séquence se concentre, elle, sur l’usage de la parole d’une figure féminine. Shéhérazade parle pour résister à la violence du sultan, pour assumer un pouvoir sur les hommes.
Alors que les femmes sont plutôt silencieuses dans la première séquence, elles déploient une parole dans la deuxième séquence et inversent le rapport de force.

La parole et le pouvoir

Séquence 1 : Le procès d’Ulysse

Peut-on accuser Ulysse de faire un usage dangereux et malhonnête de la parole ?
Durée : 24 h

Présentation générale

Partir d’une figure de la Mythologie, caractérisée par son art de la ruse, et de la manipulation…
Ulysse est-il un sophiste ?
Et le cas échéant, doit-on le lui reprocher…
Il s’agit d’examiner, notamment à travers la question du mensonge, l’écart entre le discours et le réel, dans lequel s’immisce la distinction du vrai et du faux.

La figure d’Ulysse est commune aux deux disciplines : elle est présente dans de nombreux textes philosophiques - Platon, Le Grand Hippias, notamment, mais aussi chez les sophistes, Contre Palamède de Gorgias, sans parler des textes modernes et contemporains [1] ; bien évidemment, elle parsème l’histoire de la littérature, bien après Homère, et fait l’objet de controverses chez les poètes et auteurs de théâtre, Sophocle et Euripide notamment.

Pour les élèves

Un objet « attractif »
La figure mythologique d’Ulysse permet de réactiver des connaissances, mais aussi, d’expérience, de (re)trouver le plaisir des récits mythologiques. C’est donc une entrée en matière qui parait pertinente pour un début d’année.
Un projet
Faire le procès d’Ulysse.
« Peut-on accuser Ulysse de faire un usage dangereux et malhonnête de la parole ? »
Une question
Facile d’accès mais d’une vraie complexité ; quels sont les enjeux du mensonge ? …
Des compétences
Lecture / écriture / pratique discursive (orale). Dans une séquence consacrée à l’étude des liens entre parole et pouvoir, elles seront travaillées en continu, tant comme objet d’étude, que comme compétences travaillées.

Du point de vue des disciplines, et de leur lien…

Le principe
Dans les deux disciplines, l’idée est de sélectionner des textes, et des savoirs pertinents pour instruire le procès d’Ulysse, et non de proposer un bibliographie exhaustive sur la question du lien entre mensonge et sophistique, ni sur les effets du discours.

PhilosophieLittérature
Savoirs Réel / vrai
Mensonge / erreur
Parler / agir / savoir
Moyen / fin
La question du "droit" de mentir par intérêt.
Persuader / convaincre
Les effets du discours
L’organisation du discours / La rhétorique.
Caractérisation du personnage (qualités, défauts, notion de point de vue ; en langue, les adjectifs homériques, les modalisateurs).
Textes (extraits) Le Petit Hippias, Platon
L’éloge d’Hélène/ Contre Palamède Gorgias
Austin Quand dire c’est faire - sur la perlocution
Barbara Cassin L’Effet sophistique
L’Odyssée, Homère
En particulier, chant 6 avec Nausicaa ; chant 9 avec Cyclope ; chant 14 avec Eumée ; chant 24 avec Laerte.
L’Odyssée de Pénélope, Margaret Atwood
Réécriture contemporaine du point de vue de Pénélope qui met en avant les mensonges de son mari.
Lysistrata, Aristophane
Discours efficaces qui parviennent à convaincre les femmes (point de comparaison avec Ulysse).

Pour faire le lien
Un carnet de lecture, commun, comme outil d’appropriation, mais aussi de préparation des séances. Ce carnet personnel, tenu par les élèves, est vérifié une fois par mois par chacun des enseignants. Une séance sera consacrée, à la fin de la première période, à l’explicitation des différences entre les expériences de lecture (littéraires / philosophiques).

Les étapes

1- Une séance initiale commune
Présentation de la spécialité et du travail du premier semestre.
Présentation de la figure d’Ulysse
Il est possible de s’appuyer sur la présentation de Jean-Pierre Vernant racontant la Grèce et ses héros, dans le cadre de la séance inaugurale en 2001 des Petites conférences de Montreuil [2].

La séance inaugurale par Jean-Pierre Vernant a fait exceptionnellement l’objet d’un enregistrement, diffusé dans "Les Nuits de France Culture", par Philippe Garbit en mai 2002

2- Un traitement parallèle
Durée : 14 h (7 + 7)
Le carnet de lecture fait le lien entre les deux démarches.
En philolosophie
On se propose de problématiser sur le mensonge et de faire des lectures croisées Gorgias / Platon.
Viendront éventuellement compléter ce travail des recherche en filigrane : quelles figures modernes d’Ulysse ?
En littérature
Lectures de l’Odyssée et autres textes sur la figure d’Ulysse ( ?)
Éventuellement un travail sur les parties du discours ( ?)

3- Préparation du procès
Durée : 7 h (4 + 3)
Les différents rôles sont répartis : les témoins / les avocats / les procureurs.
Un temps est consacré à la composition des discours et au travail de l’argumentation.
Seront également organisés un entrainement à l’oral et un travail concerté sur la mise en scène.

4- Une séance commune finale
Durée : 1 h
Le procès est joué par les élèves ; on envisage éventuellement de le filmer.

Sur l’évaluation

  • Le carnet de lecture / les prestations orales feront l’objet d’une évaluation positive centrée essentiellement sur l’investissement et la progression.
  • Pour la préparation à l’examen : rien de spécifique, compte tenu du fait que les compétences travaillées tout au long de l’année sont celles qui devront être évaluées à la fin, sans pour autant qu’on les travaille en vue de cette évaluation…
    Cependant : quelques heures prévues en fin d’année pour expliciter comment mobiliser les compétences acquises dans le cadre d’un écrit.

Séquence 2 : Shéhérazade et le pouvoir du récit

Enregistrement d’une série-podcast des Mille et Une Nuits.

Présentation générale

Si la première séquence s’intéressait à une figure masculine, Ulysse, la deuxième séquence se concentre sur l’usage de la parole d’une figure féminine, qui parle pour résister à la violence du sultan, pour assumer un pouvoir sur les hommes. Alors que les femmes étaient plutôt silencieuses dans la première séquence, elles déploient une parole dans la deuxième séquence et inversent le rapport de force. Les deux séquences sont donc complémentaires et permettraient d’enrichir la réflexion des élèves sur le lien entre parole et pouvoir.

Le Projet

Un projet en partenariat
Partir d’un projet en partenariat avec le Théâtre de l’Odéon :
- la représentation des Mille et Une Nuits mise en scène par Guillaume Vincent, sous sa « petite forme » (version courte du spectacle) jouée au lycée par les comédiens
- les ateliers de théâtre avec les comédiens.

Un questionnement
Au-delà du projet, il s’agit de s’interroger sur le pouvoir du récit dans Les Mille et Une Nuits, sur le lien entre parole et récit. Si le récit est sans cesse renouvelé, il faut se questionner sur les effets produits sur l’auditeur (le sultan), mais aussi sur les stratégies mises en place par la locutrice pour ménager des effets de suspense et susciter l’adhésion de l’auditeur.

Une expérience
- L’objectif serait de faire éprouver le pouvoir de la parole aux élèves en leur demandant de raconter une histoire des Mille et Une Nuits. Ils devront se l’approprier réellement, en coupant le texte et en reformulant des passages du texte ; ils auront à travailler la mise en voix de leur texte pour créer les mêmes effets de suspense que Shéhérazade.
- En fin de séquence, il pourrait être demandé aux élèves de raconter ce conte avec la webradio du lycée — les différents contes racontés par les élèves formeraient les épisodes distincts d’une « série-podcast » des Mille et Une Nuits.
Éventuellement, on demandera aussi aux élèves de raconter le conte devant un public, une autre classe du lycée ou des élèves d’école primaire.

Pour les élèves

Le lien avec des questions/supports contemporains
Le récit suspendu au lever du jour et repris à la tombée de la nuit de Shéhérazade fait écho à la structure du roman feuilleton mais aussi des séries télévisées.
On pourrait mener un travail de comparaison sur les stratégies narratives mises en place pour créer du suspense dans les séries et dans le récit de Shéhérazade.

Des projets
Le partenariat avec l’Odéon
Un projet de mise en voix et d’enregistrement avec la webradio

Des compétences
Dire / lire / écrire sont travaillées tout au long de la séquence. Cette séquence mettrait particulièrement l’accent sur les compétences orales : oral spontané / oral préparé (mise en voix travaillée) ; oral en petit groupe / devant un « public » / face à un micro ; travail sur la gestuelle, la diction et l’intonation (intervention des comédiens de l’Odéon).

Du point de vue des disciplines, et de leur lien…

1- Le principe
Dans les deux disciplines, l’idée est de sélectionner des textes, et des savoirs pertinents pour comprendre et s’approprier les enjeux du récit, quand il est adressé à un public, notamment.

PhilosophieLittérature
Savoirs Histoires vraies ou vraies histoires ? Du mensonge au récit…

Game of Thrones : "Qu’est-ce qui unit les hommes ? …. Une bonne histoire."(Tyrion Lannister, Saison 8, épisode 6)

Mensonge et fiction

Origine du langage et rôle du récit pour l’évolution de l’homme : un point de vue anthropologique [3].

Le langage et la temporalité - pouvoir de suspension du temps - passé / présent / futur
Répartition de la parole entre l’homme et la femme / Efficacité de la parole

Structures et stratégies narratives pour créer du suspense (récit cadre/récit enchâssé ; ellipse, analepse,…).

Plaisir du récit / effets produits /captation
Textes (extraits) Aristote La Poétique

Vernant J.-P. Mythes et sociétés en Grèce ancienne

Girard R. Mensonge romantique et vérité romanesque

Saint-Augustin Les Confessions, "Qu’est-ce que le temps"

Ricœur P. Temps et récit [4]
Les Mille et une Nuits

La Fontaine Fables, notamment Le Pouvoir des Fables

Perrault Barbe-bleue [5]
Silence des femmes / ambiguïté de la parole de l’homme

Molière L’Ecole des Femmes
Usage de la parole par Agnès et évolution de son usage de la parole.
Agnès est, comme Shéhérazade vis-à-vis du sultan, dans une position d’infériorité par rapport à Arnolphe.
Enjeux parole/pouvoir.

Pour faire le lien
Le carnet de lecture fait le lien comme pour la séquence 1 ; il devient dans cette séquence 2 également carnet de spectateur pour rendre compte de l’expérience de spectateur à l’Odéon.

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)