Entre Ulysse et Shéhérazade - La parole et le pouvoir Humanités, Littérature et Philosophie - Les pouvoirs de la parole

, par Maud CARLIER-SIRAT

Deux séquences complémentaires pour faire réfléchir les élèves sur le lien entre parole et pouvoir.
Proposition de Maud Carlier-Sirat, professeure de Lettres, et Cécile Victorri, professeure de philosophie

INTRODUCTION
La première séquence s’intéresse à une figure masculine pour proposer aux élèves de jouer le procès d’Ulysse : peut-on accuser Ulysse de faire un usage dangereux et malhonnête de la parole ?
Comme pour constituer un diptyque signifiant, la deuxième séquence se concentre, elle, sur l’usage de la parole d’une figure féminine. Shéhérazade parle pour résister à la violence du sultan, pour assumer un pouvoir sur les hommes.
Alors que les femmes sont plutôt silencieuses dans la première séquence, elles déploient une parole dans la deuxième séquence et inversent le rapport de force.
Les deux séquences sont donc complémentaires et permettraient d’enrichir la réflexion des élèves sur le lien entre parole et pouvoir.

La parole et le pouvoir

Séquence 1 : Le procès d’Ulysse : Peut-on accuser Ulysse de faire un usage dangereux et malhonnête de la parole ?

Partir d’une figure de la Mythologie, caractérisée par son art de la ruse, et de la manipulation…
Ulysse est-il un sophiste ?
Et le cas échéant, doit-on le lui reprocher…
Il s’agit d’examiner, notamment à travers la question du mensonge, l’écart entre le discours et le réel, dans lequel s’immisce la distinction du vrai et du faux.

La figure d’Ulysse est commune aux deux disciplines : elle est présente dans de nombreux textes philosophiques - Platon, Le Grand Hippias, notamment, mais aussi chez les sophistes, Contre Palamède de Gorgias, sans parler des textes modernes et contemporains [1] ; bien évidemment, elle parsème l’histoire de la littérature, bien après Homère, et fait l’objet de controverses chez les poètes et auteurs de théâtre, Sophocle et Euripide notamment.

Pour les élèves

Un objet « attractif »
La figure mythologique d’Ulysse permet de réactiver des connaissances, mais aussi, d’expérience, de (re)trouver le plaisir des récits mythologiques. C’est donc une entrée en matière qui parait pertinente pour un début d’année.
Un projet
Faire le procès d’Ulysse.
« Peut-on accuser Ulysse de faire un usage dangereux et malhonnête de la parole ? »
Une question
Facile d’accès mais d’une vraie complexité : quels sont les enjeux du mensonge ? …
Des compétences
Lecture / écriture / pratique de l’oral. Dans une séquence consacrée à l’étude des liens entre parole et pouvoir, elles seront travaillées en continu, tant comme objet d’étude, que comme compétences travaillées.

Du point de vue des disciplines, et de leur lien…

Le principe
Dans les deux disciplines, l’idée est de sélectionner des textes, et des savoirs pertinents pour instruire le procès d’Ulysse, et non de proposer un bibliographie exhaustive sur la question du lien entre mensonge et sophistique, ni sur les effets du discours.

PhilosophieLittérature
Savoirs Réel / vrai
Mensonge / erreur
Parler / agir / savoir
Moyen / fin
La question du « droit » de mentir par intérêt.
Persuader / convaincre
Les effets du discours
L’organisation du discours / La rhétorique.
Caractérisation du personnage (qualités, défauts, notion de point de vue ; en langue, les adjectifs homériques, les modalisateurs).
Textes (extraits) Le Petit Hippias, Platon
L’éloge d’Hélène/ Contre Palamède Gorgias
Austin Quand dire c’est faire - sur la perlocution
Barbara Cassin L’Effet sophistique
L’Odyssée, Homère
En particulier, chant 6 avec Nausicaa ; chant 9 avec Cyclope ; chant 14 avec Eumée ; chant 19 avec Pénélope ; chant 24 avec Laerte.
Énéide , Virgile
Discours de Sinon : épisode du cheval de Troie, Sinon ment aux Troyens.
Philoctète, Sophocle
Ulysse recourt à la ruse face à Philoctète, le guerrier abandonné sur une île déserte, envoie Néoptolème, fils d’Achille, parler avec Philoctète et fait accepter le mensonge à Philoctète.
L’Odyssée de Pénélope, Margaret Atwood
Réécriture contemporaine du point de vue de Pénélope qui met en avant les mensonges de son mari (« Depuis toujours nous étions tous deux, de notre propre aveu, des menteurs émérites et éhontés »).
Naissance de l’Odyssée, Giono
Une vision peu flatteuse des héros de l’Odyssée, qui présente Ulysse comme un menteur qui s’invente des exploits après dix ans d’absence (« Le vrai n’est pas toujours poli. Le mensonge, les poètes à leur gré le malaxent et l’étirent, l’adornent et ne le présentent que plaisant. J’aime mieux prendre du plaisir avec un mensonge que de bâiller devant de laides vérités »).

Pour faire le lien
Un carnet de lecture, commun, comme outil d’appropriation, mais aussi de préparation des séances. Ce carnet personnel, tenu par les élèves, est vérifié une fois par mois par chacune des enseignantes. Une séance sera consacrée, à la fin de la première période, à l’explicitation des différences entre les expériences de lecture (littéraires / philosophiques).

Les étapes

Séance 1. Le « mythe » d’Ulysse (littérature)
Partir des représentations des élèves sur Ulysse, et de leurs souvenirs de cours de français de collège (représentations probablement positives, présentant Ulysse comme un héros).
Lecture d’extraits de l’Odyssée d’Homère pour nuancer cette vision d’Ulysse : comment Ulysse est-il présenté ? Comment est-il qualifié et caractérisé ?

Séance 2. Achille et Ulysse (philosophie)
Travail sur le texte de Platon.
Écoute de la présentation de Jean-Pierre Vernant racontant la Grèce et ses héros, dans le cadre de la séance inaugurale en 2001 des Petites conférences de Montreuil [2].
La séance inaugurale par Jean-Pierre Vernant a fait exceptionnellement l’objet d’un enregistrement, diffusé dans « Les Nuits de France Culture », par Philippe Garbit en mai 2002

Séance 3. Ulysse comme menteur (littérature)
Travail sur trois extraits littéraires présentant Ulysse comme un menteur : Philoctète de Sophocle, L’Odyssée de Pénélope de Margaret Atwood et la Naissance de l’Odyssée de Giono.

Séance 4. L’épisode du Cyclope : analyse du jeu de mot d’Ulysse (philosophie).
Analyse de Mendelson et de Vernant sur le jeu de mot avec le Cyclope : « metis » et « outis ». Ulysse a-t-il vraiment menti au Cyclope ?

Séance 5. Le discours d’un menteur : Sinon dans l’Énéide de Virgile (littérature)
Travail sur le discours de Sinon, qui insiste sur le fait qu’il dit la vérité au moment même où il ment.
Analyse des moyens qui rendent le discours efficace (il parvient à convaincre les Troyens), et de la structure du discours.
Ecriture des « témoignages » des personnages en vue de l’instruction du procès d’Ulysse : choisir un des personnages de l’Odyssée (Athéna, Pénélope, Télémaque, Laerte, un compagnon d’Ulysse) et le point de vue qu’il apportera sur Ulysse (va-t-il reprocher à Ulysse de mentir ?). Rédiger son témoignage à partir des éléments identifiés concernant la structure et l’écriture d’un discours.

Séance 6. L’instruction du procès (séance commune)
Chaque élève présente son « témoignage » devant le groupe, comme s’il incarnait l’un des personnages de l’Odyssée venu témoigner lors du procès d’Ulysse.

Séance 7. Ulysse est-il un sophiste ? (philosophie)
En lien avec les témoignages de la séance précédente, et à partir de textes de Platon : Ulysse est-il un sophiste ? Est-ce condamnable ?

Séance 8. Préparation des plaidoiries (littérature)
Écriture des plaidoiries (Peut-on accuser Ulysse de faire un usage dangereux et malhonnête de la parole ?) : préparer un discours qui reprend la structure et les stratégies argumentatives évoquées en cours.

Séance 9. Le procès d’Ulysse (séance commune)
Chaque élève présente sa plaidoirie devant le groupe, qu’il cherche à défendre ou à accuser Ulysse dans son usage de la parole.
On distribue aux autres élèves de la classe des rôles d’observation.
On peut aussi filmer le procès pour retravailler plus tard avec les élèves sur leurs prises de parole.

Séquence 2 : Shéhérazade et le pouvoir du récit : raconter un conte des Mille et Une Nuits

Pour les élèves

Un projet en partenariat avec le Théâtre de l’Odéon
- la représentation des Mille et Une Nuits mise en scène par Guillaume Vincent, sous sa « petite forme » (version courte du spectacle) jouée au lycée par les comédiens et du spectacle complet à l’Odéon
- les ateliers de théâtre avec les comédiens.

Un questionnement
Au-delà du projet, il s’agit de s’interroger sur le pouvoir du récit dans Les Mille et Une Nuits, sur le lien entre parole et récit. Si le récit est sans cesse renouvelé, il faut se questionner sur les effets produits sur l’auditeur (le sultan), mais aussi sur les stratégies mises en place par la locutrice pour ménager des effets de suspense et susciter l’adhésion de l’auditeur.

Une expérience
L’objectif serait de faire éprouver le pouvoir de la parole aux élèves en leur demandant de raconter une histoire des Mille et Une Nuits. Ils auront à travailler la mise en voix de leur texte pour créer les mêmes effets de suspense que Shéhérazade.

Le lien avec des questions et des supports contemporains
Le récit suspendu au lever du jour et repris à la tombée de la nuit de Shéhérazade fait écho à la structure du roman feuilleton mais aussi des séries télévisées.
On pourrait mener un travail de comparaison sur les stratégies narratives mises en place pour créer du suspense dans les séries et dans le récit de Shéhérazade.

Des compétences
Les compétences « dire », « lire » et « écrire » sont travaillées tout au long de la séquence.
Cette séquence mettrait particulièrement l’accent sur les compétences orales : oral spontané / oral préparé (mise en voix travaillée) ; oral en petit groupe / devant un « public » / face à un micro ; travail sur la gestuelle, la diction et l’intonation.

Du point de vue des disciplines, et de leur lien…

1- Le principe
Dans les deux disciplines, l’idée est de sélectionner des textes, et des savoirs pertinents pour comprendre et s’approprier les enjeux du récit, quand il est adressé à un public, notamment.

PhilosophieLittérature
Savoirs Histoires vraies ou vraies histoires ? Du mensonge au récit…

Game of Thrones : « Qu’est-ce qui unit les hommes ? …. Une bonne histoire. »(Tyrion Lannister, Saison 8, épisode 6)

Mensonge et fiction

Origine du langage et rôle du récit pour l’évolution de l’homme : un point de vue anthropologique [3].

Le langage et la temporalité - pouvoir de suspension du temps - passé / présent / futur
Répartition de la parole entre l’homme et la femme / Efficacité de la parole

Structures et stratégies narratives pour créer du suspense (récit cadre/récit enchâssé ; ellipse, analepse, prolepse,…).

Plaisir du récit / effets produits /captation
Textes (extraits) Aristote La Poétique

Vernant J.-P. Mythes et sociétés en Grèce ancienne

Girard R. Mensonge romantique et vérité romanesque

Saint-Augustin Les Confessions, « Qu’est-ce que le temps »

Ricœur P. Temps et récit [4]
Les Mille et une Nuits

Illustrations de Léon Carré

La Fontaine Fables, notamment Le Pouvoir des Fables

Perrault Barbe-bleue [5] un conte en écho des Mille et Une Nuits.
Silence des femmes / ambiguïté de la parole de l’homme

Mohja Kahf « Scène au hijab numéro 7 » poème
« Je transporte des explosifs / On les appelle des mots ».

Pour faire le lien
Le carnet de lecture fait le lien comme pour la séquence 1 ; il devient dans cette séquence 2 également carnet de spectateur pour rendre compte de l’expérience de spectateur à l’Odéon.

Les étapes

Séance 1. Parole et silence : le pouvoir de la parole des femmes.
Lecture du conte Barbe-Bleue de Perrault et du poème « Je transporte des explosifs / On les appelle des mots » (« Scène au hijab numéro 7 ») de Mohja Kahf, en écho aux Mille et Une Nuits : travail sur le silence des femmes et la libération par la parole.
Analyse de l’énonciation des Mille et Une Nuits : qui parle ? à qui ? dans quel contexte ?

Séance 2. Raconter des histoires : quoi ? pourquoi ? comment ? (philosophie)
Travail sur des extraits de Paul Ricœur, Temps et récit

Séance 3. Qu’est-ce qui donne envie de connaître la suite dans une histoire ? (littérature)
Analyse d’une séquence du premier épisode de la série Murder de Peter Nowalk : procédés utilisés pour donner envie au spectateur de regarder la suite de la série.
Analyse du « Le Pouvoir des Fables » de La Fontaine : le plaisir du récit.
Formulation d’hypothèses sur « Les Mille et Une Nuits » à partir des illustrations de Léon Carré.

Séance 4. Les effets du récit (philosophie).
Analyse des différences entre récit et discours, et des effets propres au récit.

Séance 5. Quelles stratégies narratives Shéhérazade utilise-t-elle pour créer du suspense ? (littérature)
Travail sur six récits enchâssés : « Histoire du pêcheur », « Histoire du roi grec et du médecin Douban », « Histoire du vizir puni », « Histoire du petit bossu », « Histoire de Sidi Nouman », « Histoire d’Ali Baba et de quarante voleurs exterminés par une esclave ».
Analyse des prises de parole de Shéhérazade, de leurs interruptions et des effets produits sur l’auditoire.

Séance 6. Préparation des récits (philosophie et littérature)
En groupes, les élèves doivent choisir un conte dans les Mille et Une Nuits et se l’approprier : couper le texte, reformuler des passages, ajouter des remarques, réfléchir aux effets de suspense, travailler la mise en voix.
Des comédiens (ou des conteurs) peuvent accompagner les élèves dans ce travail.

Séance 7. Raconter un conte des Mille et Une Nuits (séance commune).
Les élèves peuvent s’enregistrer avec la webradio du lycée (les différents contes racontés formeraient les épisodes distincts d’une « série-podcast » des Mille et Une Nuits) ou restituer leur travail devant un public (une autre classe du lycée).

Le projet mené avec le théâtre de l’Odéon a donné lieu à un article sur le site de l’établissement.

Sur l’évaluation

  • Le carnet de lecture fera l’objet d’une évaluation positive centrée essentiellement sur l’investissement et la progression.
  • Pour la préparation à l’examen : rien de spécifique, compte tenu du fait que les compétences travaillées tout au long de l’année sont celles qui devront être évaluées à la fin, sans pour autant qu’on les travaille en vue de cette évaluation… Quelques heures sont prévues en fin d’année pour expliciter comment mobiliser les compétences acquises dans le cadre d’un écrit.

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)