Travailler le lexique au lycée

, par BERNOLLE Marie-Anne, Rattachée à la DAFOR , Chargée de mission pour l’Inspection de Lettres

Proposition de travail du lexique à partir d’une oeuvre complète dans le cadre d’une séquence consacrée à Sarrasine de Balzac. 2nde ou 1ère.

Un dictionnaire, des dictionnaires - quel dictionnaire ?

Rappel des ressources

Internet met désormais à disposition de tous les élèves bien des usuels que peu d’individus peuvent se permettre de posséder à la maison et que l’on découvrait souvent à la bibliothèque universitaire.

- Le CNRS avec le laboratoire ATILF a en effet mis en ligne depuis 2005 un portail d’outils :

- Le Larousse en ligne : dictionnaire, dictionnaire des citations, des synonymes, des homonymes ...

- On notera aussi la version + du Littré qui donne accès : aux définitions du Littré, aux synonymes associés, à des citations liés, aux définitions du même terme dans un dictionnaire moderne...

- Consulter le portail Lexilogos qui donne accès à tous ces outils et d’autres dictionnaires ou encyclopédies spécifiques.

Cette facilité d’accès doit nous encourager à initier les élèves à leur usage. L’interrogation par informatique rend aussi possible des manipulations et des exercices pédagogiquement et littérairement intéressants qui facilitent l’intégration du travail sur le lexique à une démarche de lecture ou d’écriture.

Proposition pour une séance de découverte de l’outil dictionnaire

Pour organiser la séquence, consulter l’article synthétique de présentation de l’histoire des dictionnaires et des grands dictionnaires existants sur le site d’Etudes littéraires.

- Qu’est-ce qu’un dictionnaire ? A quoi cela sert-il ? Comment cela fonctionne-t-il ?

  • Non « le » mais « un » dictionnaire : Un article de réflexion dans le Musée virtuel des dictionnaires sur le site de l’Université de Cergy.

L’article permet de confronter - de façon mesurée parce qu’il est court et écrit dans une langue tout de même accessible - les élèves à un type de texte nouveau : un article universitaire ; il oblige les élèves à prendre leurs distances par rapport à la représentation qu’ils ont de l’objet dictionnaire en leur faisant prendre conscience que la notion de dictionnaire est plurielle, que les dictionnaires ont évolué dans le temps et répondent à un projet qui présuppose la forme et la stratégie adoptées : dictionnaire lexicographique, dictionnaire thématique, dictionnaire historique etc. ...

- Histoire des dictionnaires.

  • Objectifs
    • Faire découvrir que les dictionnaires n’ont pas toujours existé.
    • La manière de penser les dictionnaires est liée aux époques et a évolué.
    • Le sens des mots, leur emploi évoluent. Comprendre un mot, c’est le comprendre dans son contexte, soit notamment dans le contexte de l’époque.
  • Ebauche de questionnaire
    • A quelle époque apparaît le premier dictionnaire ? De quel type de dictionnaire s’agit-il ?
    • Quelles sont les grandes époques historiques (jusqu’au XIXème siècle) d’essor du dictionnaire ?
      Pour chacune :
      — à quelle période, quel mouvement cela correspond-il ?
      — à quel type de dictionnaire s’est-on intéressé spécifiquement ? pourquoi ?
    • Par quoi le XXème siècle se caractérise-t-il ?

Comprendre un terme dans son contexte

intérêt et limite des dictionnaires

Travailler le lexique : quelques exemples

- génie

Caché pendant des mois entiers au fond d’un sanctuaire inconnu, ce génie familier en sortait tout à coup furtivement, sans être attendu, et apparaissait au milieu des salons comme ces fées d’autrefois qui descendaient de leurs dragons volants pour venir troubler les solennités auxquelles elles n’avaient pas été conviées. p.42

  • On pourra proposer pour ce terme une recherche lexicale ’par mot-clé’ dans la 6ème édition (1835) du Dictionnaire de l’Académie française.
  • En complément, on peut aussi proposer la lecture de l’article « génie » dans le Dictionnaire Universel d’Antoine Furetière.
    L’article génie très long sera l’occasion de découvrir la polysémie du terme.
  • Retour au terme en contexte : l’occasion de travailler sur sens dénoté et connotation
    • quels sens peut-on retenir de « génie » en raison du contexte d’emploi dans le passage de Balzac ?
    • quel est le sens dénoté en contexte ?
    • quelles significations peut-on également retenir parce que le sens, les idées qu’elles convoquent, sont intéressants à considérer dans la mise en place du portrait du vieillard ?

- esprit

Voilà bientôt six mois que nous n’avons pas aperçu l’Esprit. p.43

La recherche dans le dictionnaire de l’Académie français (6ème édition de 1835) paraît assez riche et donne lieu à un travail du même type que sur « génie ». Voir l’article.

- créature

cette créature sans nom dans le langage humain. p.45

  • note de Pierre Brunel, p.45-note 1 : Pierre Citron (Pleiade, p. 1549) rapproche cette expression de celle de Bossuet, reprise de Tertullien, pour désigner les restes décomposés des morts : « ce je ne sais quoi qui n’a de nom dans aucune langue ».
    C’est une piste qui ajoute l’idée de mort, de décomposition qui participe à la thématique de mort et de morbide qui traverse la nouvelle.
  • Mais on peut aussi commencer par faire travailler les élèves sur le terme « créature » :
  • pour la périphrase « sans nom dans le langage humain », on peut travailler sur innommable, indicible, inéfable : recherche des synonymes, travail sur les connotations, ...

Limites des dictionnaires et liberté de l’écrivain

- sanctuaire

Caché pendant des mois entiers au fond d’un sanctuaire inconnu, ce génie familier en sortait tout à coup furtivement, sans être attendu, et apparaissait au milieu des salons comme ces fées d’autrefois qui descendaient de leurs dragons volants pour venir troubler les solennités auxquelles elles n’avaient pas été conviées. p.42

  • Proposer d’abord pour ce terme une recherche lexicale ’par mot-clé’ dans la 6ème édition (1835) du Dictionnaire de l’Académie française. Constater avec les élèves que les entrées proposées ne sont pas très intéressantes.
  • Proposer par suite une recherche dans le Furetière et dans le Littré.
  • Il s’agit d’essayer d’analyser en quoi les sens donnés par les dictionnaires de l’Académie ne sont pas satisfaisants.
  • Compléter alors par une recherche dans le TLF : l’article sanctuaire.
  • Quels sont les sens sous-tendus par l’emploi du mot dans son contexte ?

- casuelle

cette casuelle machine p.46

  • Recherche du terme dans le dictionnaire : casuelle
  • Attirer l’attention des élèves sur la « remarque » de Littré (souligné Pierre Brunel dans la note 3 p.46) :

REMARQUE
Depuis quelque temps l’usage s’est introduit de donner à casuel le sens de fragile : la porcelaine est casuelle. Mais rien, ni dans l’étymologie, ni dans l’emploi ancien, ne justifie cette acception qui doit être évitée.

  • Il est intéressant alors de réfléchir avec les élèves à cet emploi particulier de casuelle sous la plume de Balzac, dans le contexte.

- arabesque

ah ! c’était bien la mort et la vie, ma pensée, une arabesque imaginaire, une chimère hideuse à moitié, divinement femelle par le corsage.

  • Analyse comparée des définitions
    • Dictionnaire de l’Académie française, 6ème édition 1835

ARABESQUE. adj. des deux genres Il se dit D’un genre d’architecture que les Arabes introduisirent en Europe au moyen âge, et qui consiste à n’admettre, dans les ornements et la décoration, que des imitations de plantes et de feuillages, parce que la loi de Mahomet défend toute représentation de figures d’hommes et d’animaux. Architecture arabesque. Le genre, le arabesque. Ornements arabesques. On dit quelquefois substantivement, au masculin, L’arabesque.

    • Littré

arabesque (a-ra-bè-sk’) : 1. Adj. Se dit d’un genre d’architecture qui n’admet dans les ornements que des imitations de plantes et de feuillages.
2. nm L’arabesque. Il excelle à composer l’arabesque, et le dessine parfaitement.

    • Note de Pierre Brunel p.48, note 1

Arabesque : c’est une composition décorative où se mêlent tous les motifs d’ornementation. Connu dès l’Antiquité (Vitruve s’emporte contre l’arabesque où l’on voit « toutes choses qui n’ont point été, ne sont point, ne peuvent être »), le mot a séduit les romantiques.

  • Force est de constater que les dictionnaires n’aident guère à bien comprendre l’emploi fait par Balzac ni la note de Pierre Brunel.
    • Il semble donc efficace de diriger les élèves sur cet article de Imago Mundi qui permet de comprendre l’évolution du terme. On attirera leur attention sur la précision finale faisant mention de l’abandon du motif des arabesques à la fin du premier empire et avec la Restauration.
    • Commenter l’intérêt de recourir aussi à des dictionnaires thématiques et encyclopédiques.

Exercice en salle multimédia

s’asseoir sur les lys p.53

- Observation de l’expression avec les élèves : comment comprendre que l’on a affaire à une expression lexicalisée ?

  • exprimer avec les élèves le sens dénoté / le sens propre supposé.
  • en quoi n’est-il pas recevable ?
  • quelles conséquences en tirer ? que cherche dans les dictionnaires ?

- Exercice pratique de recherche dans le dictionnaire

  • laisser les élèves chercher librement dans les différents dictionnaires jusqu’à ce que l’un d’entre eux trouve l’expression lexicalisée et son sens.
  • article sur le Trésor de la langue française lys ou lis

- Réfléchir à la stratégie à mettre en oeuvre pour détecter une expression toute faite et en trouver le sens.

Analyse lexicale et analyse littéraire

Notations de l’étrange et construction de la figure mystérieuse du vieillard

— Il s’agit de rendre les élèves sensibles au poids des mots, à l’importance que revêt le choix de l’écrivain.
— Le projet consiste ici à faire découvrir comment Balzac essaime volontairement dans la première partie de la nouvelle toute une série de termes relevant du champ lexical de l’étrange ainsi que des références appelant des connotations analogues de façon à rendre son personnage énigmatique et à stimuler la curiosité du lecteur.

Repérage et typologie des notations de l’étrange

Le merveilleux

- le vampire
- la goule
- dragon
- fée
- chimère Chimère retrouvée à Arezzo en 1554, conforme à la chimère évoquée par Homère

Paranormal

- un magnétiseur p.41

  • Présentation de ce qu’est un magnétiseur à travers les grands noms de l’histoire du magnétisme. Un document mis en ligne sur le site de la Fédération Internationale de la Relaxologie.

- (...) ce moderne alchimiste (...) p.41

  • Pour s’informer sur l’alchimie, un article assez complet et bien documenté sur Wikipédia : l’alchimie.
Surnaturel

- Caché pendant des mois entiers au fond d’un sanctuaire inconnu, ce génie familier en sortait tout à coup furtivement, sans être attendu, et apparaissait au milieu des salons comme ces fées d’autrefois qui descendaient de leurs dragons volants pour venir troubler les solennités auxquelles elles n’avaient pas été conviées. p.42

- Voilà bientôt six mois que nous n’avons pas aperçu l’Esprit. p.43
La recherche dans le dictionnaire de l’Académie français (6ème édition de 1835) paraît assez riche et donne lieu à un travail du même type que sur « génie ». Voir l’article.

Figures d’aventuriers

- (...) les atrocités commises par lui pendant le temps qu’il était au service du Prince de Mysore. p.41.

Correspond à Haïder Ali mort en 1782 ou à son fils Tippoo Sahib (1749-1799).

  • Article sur Imago Mundi sur le Royaume de Mysore.
  • Des compléments dans cette biographie consacrée à Jean-Antoine Dubois missionnaire en Inde.

- le comte de Saint-Germain. p.41

Le compte de Saint-Germain est un aventurier mystérieux qui se disait multicentenaire et séjourna en France de 1750 à 1760. Cagliostro est son disciple.
On peut consulter :

- (...) ce vieillard, mis sous verre, était le fameux Balsamo, dit Cagliostro. p.41

  • Note 4 p.41 - P. Brunel : Giuseppe Balsamo, dit Cagliostro (1743-1795), arriva à Strasbourg en 1780 après avoir parcouru d’immenses pays. Il eut la réputation d’alchimiste, de mage, de guérisseur.
  • Cagliostro Un article rapide. Mais il est difficile de proposer de lien sans tomber sur des sites peu utilisables dans un cadre scolaire et avec une finalité pédagogique.
Monstruosité - étrangeté - mort

- gibbosités p.46
gibbosités

- Un anatomiste eût reconnu soudain les symptômes d’une affreuse étisie en voyant les petites jambes qui servaient à soutenir ce corps étrange.

- cadavéreux p. 47
http://littre.reverso.net/dictionnaire-francais/definition/cadav%C3%A9reux

- ah ! c’était bien la mort et la vie, ma pensée, une arabesque imaginaire, une chimère hideuse à moitié, divinement femelle par le corsage.

  • arabesque : force est de constater que les dictionnaires n’aident guère à bien comprendre l’emploi fait par Balzac ni la note de Pierre Brunel.
    Il semble donc efficace de diriger les élèves sur cet article de Imago Mundi qui permet de comprendre l’évolution du terme. On attirera leur attention sur la précision finale faisant mention de l’abandon du motif des arabesques à la fin du premier empire et avec la Restauration.

- (...) elle entendit un cri semblable à celui d’une crécelle.

Les références littéraires

- Les romans d’Anne Radcliffe

Mais, par malheur, l’histoire énigmatique de la maison Lanty offrait un perpétuel intérêt de curiosité, assez semblable à celui des romans d’Anne (sic) Radcliffe. p.39.

  • Dossier à consulter
    • Petite biographie sur le site des éditions José Corti.
    • Wikisource donne accès à la Revue des Romans qui date de 1839, signée Eusèbe G.***, soit Eusèbe Girault de Saint-Fargeau. Un document intéressant pour saisir la manière dont les romans d’Ann Radcliffe étaient reçus à l’époque de Balzac.
    • Consulter également l’article sur le roman gothique qui, si l’on tire parti des liens, permet de se donner une bonne idée de ce type de roman et de la manière dont il a influencé le roman français et notamment certaines oeuvres de Balzac.
  • Analyse
    • De quelles connotations la référence est-elle empreinte dans le passage ?
    • Quelles idées le lecteur se fait-il de la famille Lanty ?
  • On pourra penser à donner en lecture suivie l’un des romans de l’Histoire des treize.

- Sans être précisément un vampire, une goule, un homme artificiel, une espèce de Faust ou de Robin des bois, il participait, au dire des gens amis du fantastique, de toutes ces natures anthropomorphes. p.40

  • Robin de bois, personnage connu à l’époque par le roman de Walter Scott Ivanhoé (Cf. note 3 p.40 de P Brunel.)
    Un petit tour par Wikipédia - le mieux en l’occurrence : Robin des bois, Walter Scott, Ivanhoé, pour analyser ce que le rapprochement apporte à la construction du personnage du vieillard.
  • Faust : une présentation synthétique du mythe sur le site de l’université de Lyon 2.

Proposition de travail

Repérage des notations de l’étrange

- Travail préparatoire : demander aux élèves de procéder à une lecture cursive pour repérer les éléments qui contribuent à faire du vieillard une figure mystérieuse.

- Séance collective en classe :

  • mise en commun des notations trouvées par les élèves
  • travail de classement (cf. paragraphe précédant)
Analyse thématique par groupe

- Constitution de 6 groupes pour travailler sur les différents groupes de notations trouvés.

- Consignes de travail pour chaque groupe :

  • Consulter le dossier de liens de façon à comprendre les connotations dont les termes et références peuvent être empreints.
  • Se reporter aux passages précis d’où proviennent les termes retenus : dans le contexte analyser
    • l’image
    • les connotations qu’apporte le terme
    • la manière dont cela influe sur la présentation du vieillard, et le cas échéant de sa famille.
  • Faire une synthèse construite (selon les choix de l’enseignant)
    • en vue d’une présentation orale à la classe
    • sous forme d’une fiche synthétique sur ordinateur (à poster en billet sur le blog de la classe, ou à mettre sur l’espace numérique de travail de la classe).
Séance d’analyse thématique en classe

- Problématique : comment les notations de l’étrange contribuent à faire du vieillard un personnage énigmatique ? quel portrait se construit au fur et à mesure des notations et des images ?

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)