Approches et problématiques des Châtiments de Victor Hugo

, par CHAMARAT Gabrielle, professeur à l’université de Paris-X Nanterre, MIMOUNI Isabelle, formatrice en Lettres à l’IUFM

Transposition didactique à partir la conférence
de Gabrielle Chamarat le 13 décembre 1999.

I. Diverses approches du recueil

Problématique proposée par Gabrielle Chamarat

Comment on passe de Châtiments à Les Châtiments, ou comment s’effectue la mutation d’un pamphlet à effet immédiat en un texte poétique ayant valeur sur le long terme. Comment la visée du texte change : du discours subversif visant à faire agir au discours formateur, visant à faire penser.

Le texte se charge d’une philosophie de l’histoire (engageant la croyance dans le progrès) et participe à la constitution d’une mémoire collective.

Autres approches envisageables

Approche biographique

Les espoirs déçus de Victor Hugo, l’affrontement avec Napoléon III sur le problème de l’Italie, la réflexion sur la position des exilés...

La question de l’engagement

Hugo poète des Contemplations / Hugo homme politique

"Toi qui bats de ton flux fidèle
La roche àù j’ai ployé mon aile,
Vaincu, mais non pas abattu,
Gouffre où l’air joue, où l’esquif sombre,
Pourquoi me parles-tu dans l’ombre ?
O sombre mer, que me veux-tu ?
[...]
Tu me dis : -Viens, contemple, oublie !"
(Nox, VII)

"[...] le poète, c’est l’ange ;
Il plane, [...]
Il contemple la nuit sereine avec délices ...

- Non, tant que vous serez complices
De ces crimes hideux que je suis pas à pas,
Tant que vous couvrirez ces brigands de vos voiles,
Cieux azurés, soleils, étoiles,
Je ne vous regarderai pas !"
(I, XI, 2)

Les Châtiments : une satire ? un pamphlet ?

Cf la distinction proposée par Marc Angenot dans La parole pamphlétaire :

"Le pamphlétaire [...] réagit devant un scandale, une imposture, il a le sentiment de tenir une évidence et de ne pouvoir la faire partager, d’être dans le vrai, mais réduit au silence par une erreur dominante, un mensonge essentiel, une criante absurdité ; il jette un regard incrédule ou indigné sur un monde carnavalesque - alors que le satirique se contente de jeter un regard amusé sur ce carnaval où il a cessé de se reconnaître." (Payot, 1995, p. 21)

- Le mépris et l’indignation : étude des modalités, étude grammaticale de la valeur du démonstratif dans le recueil :
<br

>"Tous les spectres sanglants des antiques carnages,
Réveillés, se montraient du doigt ces personnages"("Cette nuit-là")

- Les filiations littéraires (Juvénal, Voltaire) : groupement de textes

- Les petits journaux et la caricature : étude du bestiaire

- Les formes prises par le rire : du calembour à l’ironie :

"Le sarcasme sous toutes ses formes, depuis le sarcasme le plus amer jusqu’à l’invective. Il faut que ce livre ait tout, que l’on y voit l’épopée, la lamentation, la satire, et même le calembour." (Journal d’Adèle Hugo, propos du 31 juillet 1853)

  • La figure du renversement, les formes du carnaval (le singe) : cf. Bakhtine
  • Les figures de l’antithèse (le grand/le petit)
  • Parole châtiment, parole performative : le modèle biblique + l’invective et la coprolalie
Les Châtiments : une épopée ?

- Ecrivain historien, garant du passé : filiations littéraires (Dante et Juvénal) :
« Juvénal fustige avec des lanières,
Dante fouette avec des flammes ;
Juvénal condamne, Dante damne. »
(William Shakespeare. XI)

- Les Châtiments et La Légende des Siècles

- Eléments du registre épique

- Parole prophétique

- Position du poète : exilé, martyr, sauveur

Révolution poétique

Les Châtiments et la révolution poétique annoncée dans Réponse à un acte d’accusation : étude des variétés de genre, registres, vers, niveaux de langue...

II. Transposition didactique

Il n’a pas été construit de séquence, mais on a envisagé diverses stratégies didactiques à partir des questions suivantes.

Réponses aux problèmes que pose l’étude de l’œuvre de Hugo : Les Châtiments ?

Comment dépasser l’aspect touffu, complexe, difficile à mémoriser des Châtiments ?

- Usage des parcours proposés en I
- Utilisation des études de structure proposées dans le parascolaire

Comment articuler l’étude des Châtiments avec le reste du programme ?

- Articulation avec le naturalisme : groupement de texte sur les polémiques à la réception des oeuvres de Zola ou autour de Cézanne, salon des impressionnistes, Olympia de Manet.

- Articulation avec le naturalisme : le registre épique chez Zola.

- Articulation avec la problématique « Maîtres et valets » : parole subversive et carnaval.

Quels prérequis pour aborder l’étude des Châtiments ?

- Décalage entre l’efficacité immédiate de la satire, l’ancrage contemporain et la lecture un siècle plus tard : quelle réception envisageable à l’heure actuelle ? quelle exploitation éventuelle de la distance ressentie par les élèves ?

- Partir des difficultés des élèves pour réfléchir sur l’engagement dans un temps et dans un contexte. User de la presse satirique contemporaine (Canard enchaîné, Guignols) pour travailler sur l’ancrage historique et son éventuel dépassement.

Quels outils, quelles stratégies imaginer pour faciliter l’entrée dans l’œuvre ?

- Usage des manuels de littérature : la figure légendaire d’Hugo père de la Nation par opposition à une biographie rigoureuse du personnage : analyse de l’évolution de son journal : L’Evénement

- Usage des manuels d’histoire : le mythe napoléonien (programme fin de 2de ou début de 1ère) ; légende de Napoléon le Petit/ réalité économique et politique de l’Empire : construction d’une mémoire collective par l’imaginaire littéraire ; utilisation de l’iconographie abondante pour la caricature.

- Groupement de textes sur l’engagement des intellectuels, la notion d’intellectuel.

- Usage de la presse satirique

- Mise en parallèle d’autres textes de Victor Hugo (fin de Napoléon le Petit, discours à l’assemblée, passage carnavalesque de Notre Dame de Paris, Waterloo dans Les Misérables, extraits de la Légende des siècles...)

- Groupement de textes sur les filiations littéraires de Victor Hugo (cf.I)

Quelles activités variées mettre en œuvre ?

- Rédaction de production violente (marques du mépris cf travail sur le démonstratif ; création coprolalique, ; citation, détournement de propos et procédure ironique (cf Voltaire/Rousseau ou Pascal)

- Caricatures, transpositions à partir d’un nouveau bestiaire

- Travail sur l’hyperbole et les marqueurs du registre épique

- Rédaction de chansons comme lieux de mémoire (une écriture facilitant la mémorisation par les jeux de reprises)

- Oralisation des textes avec un acteur

Toutes ces stratégies trouveront leur sens en fonction des objectifs que se sera donnés le professeur.

Quels objectifs se fixer pour l’étude des Châtiments ?

Qu’est-ce que s’engager ?

De quel droit, de quel devoir peut-on sortir de son champ de compétence pour intervenir dans le politique ; au nom de quelle mémoire au nom de quelle pensée de l’avenir ?

Quelles formes le pouvoir peut-il prendre ?
Histoire et mémoire collective

Comment la littérature intervient-elle dans le champ de la mémoire collective ? Quel rapport entretient-elle avec le discours historique ?

Vie et légende

Ecrire sa vie, écrire sa légende ; biographie et autobiographie (3 vies en jeu : Napoléon I, Napoléon III, Victor Hugo)

Idéologie

Quelles valeurs pour la « patrie » : Idéologie des Lumières : de la Révolution au Panthéon.

Il serait inimaginable de tenter de travailler sur tous ces objectifs. Leur détermination peut se faire en fonction des préoccupations des élèves et s’inscrire dans un projet de classe global sur la littérature, l’histoire et le politique.

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)