Evaluation diagnostic en classe de 1ère à l’écrit ET à l’oral

, par MELET Cécile

Proposition d’une évaluation d’entrée en classe de première à l’écrit ET à l’oral.

Principe

L’évaluation diagnostic de début d’année se fait souvent à l’occasion d’un travail écrit, sur table, d’une certaine longueur et réalisé à partir d’un texte support. Cette évaluation permet au professeur d’évaluer à la fois des compétences de lecture et d’écriture ainsi que les capacités interprétatives des élèves.

Le dispositif que nous proposons a l’avantage d’élargir ce cadre traditionnel et d’étendre l’évaluation aux champs de la prise de notes et de la prise de parole, et cela dans le cadre assez restreint d’une séance de 2 heures, si possible consécutives.

Dispositif

Travail préparatoire :

Les élèves doivent lire le court texte de Franck Pavloff, Matin Brun, ed° Cheyne.

Demander à ce qu’ils fassent une lecture active, c’est-à-dire en prenant des notes de façon informelle sur toutes les réactions qu’ils ont pu avoir à la lecture, en somme les inviter à tenir un journal de lecture.

Choix du texte :

Ce texte est un apologue contemporain montrant la montée d’un régime totalitaire dans une société qui pourrait être la nôtre. La proximité de la langue et de la société dépeinte ainsi que le thème le rendent très accessible à des élèves de tout niveau. Le professeur va pouvoir assez facilement distinguer ceux qui ont du mal à déceler le sens implicite du récit. Il constitue également un très bon lanceur de toute séquence sur l’argumentation.

Ce texte a, en outre, l’avantage pratique d’être bref, peu onéreux et d’avoir eu une large diffusion, il peut donc être acquis et lu très facilement dès la première semaine ; le mieux étant de le commander en nombre suffisant dans une librairie du quartier proche de l’établissement où les élèves pourront aller se fournir. Cependant, il est nécessaire de s’assurer que tous les élèves l’auront lu pour la séance d’évaluation, l’annonce d’un mini-contrôle de lecture pourra y contribuer.

Remarque : il est bien évident que le choix du texte est à adapter à la séquence par laquelle on va commencer son année, on peut imaginer tout autre texte d’une certaine longueur, avec une certaine clôture et se prêtant à un travail d’interprétation relativement simple.

Déroulé de la séance :

La séance est prévue sur 2 heures consécutives où alterneront activités écrites et orales.

15-20 minutes : le mini-contrôle de lecture

- "En un bref paragraphe, résumez le récit.

- Quelle morale donner à cette histoire ?

- Que pensez-vous du texte de Franck Pavloff ? »

30-45 minutes : la reprise orale sur les impressions de lecture des élèves

Introduire la deuxième activité orale en leur rappelant les bonnes règles de la prise de parole et l’objectif d’une telle reprise : bâtir ensemble une interprétation du texte. Leur préciser que durant ce débat, ils ont à prendre des notes.

Ne pas préciser que ce débat et ces prises de notes feront l’objet d’une évaluation, deux raisons à cela :
- ne pas inhiber la prise de parole par la pression de la note,

- voir ce que les élèves sont capables de faire spontanément sans la contrainte de la note.

Le professeur, durant ce débat, servira de modérateur pour relancer l’échange et éventuellement faire ponctuellement des mini-synthèses.

Ses interventions ponctuelles sont là pour maintenir le rythme du débat, pour orienter celui-ci vers des domaines essentiels qui n’auraient pas été envisagés immédiatement par les élèves, pour insister sur les termes clefs et les idées centrales qui devront se retrouver dans les prises de notes des élèves en vue de leur propre synthèse – écrite cette fois – qui succèdera à l’échange.

En outre, ces mini-synthèses donnent l’exemple de celles qu’à terme les élèves devraient être capables de faire dans les futurs échanges dans l’année, elles peuvent à ce titre être signalées comme telles par le professeur.

5-10 minutes : clôture du débat, mini-pause et lancement de la dernière activité, la synthèse écrite

C’est l’occasion pour les élèves de donner leurs impressions non plus sur le livre mais sur l’exercice de participation active qu’ils viennent de mener ; pour le professeur c’est le moment de faire le bilan de la dynamique de la classe. Il lance ensuite l’activité écrite finale :

« A partir de vos prises de notes et de votre mémoire immédiate, faites en deux trois paragraphes organisés la synthèse de tout ce que l’on vient de dire. Vous pouvez au crayon de papier faire un mini-plan de vos principales idées avant de commencer la rédaction. Vous pouvez écrire cette synthèse à la suite de vos prises de notes, sinon vous joindrez celles-ci à votre copie. »

30-45 minutes : la synthèse écrite ; en silence et individuellement

Pendant ce temps, le professeur peut en profiter, tant que le souvenir en est encore frais, pour faire le bilan individuel de la participation des élèves, en complétant sur la grille d’évaluation de chacun la partie consacrée à l’oral.

5-10 minutes : s’il reste du temps, la clôture de la séance

C’est à ce moment que le professeur peut dévoiler ce qu’il fera à la fois des prises de notes et de la synthèse, il est recommandé de ne pas intégrer cette évaluation dans l’ensemble des notes du trimestre pour lui garder toute sa valeur d’évaluation diagnostic et pour ne pas donner aux élèves l’impression de les avoir « piégés ».

Les compétences évaluées :

Elles peuvent être synthétisées sous la forme d’un tableau qui peut servir de grille d’évaluation à remettre aux élèves. Voir la Grille des Compétences en document joint.

Des compétences identiques se retrouvent entre les deux activités écrites du contrôle de lecture et de la synthèse mais à un degré de complexité différent évidemment.

Les compétences d’oral ne sont pas détaillées car elles n’ont pas été nécessairement approfondies en 2nde et elles méritent d’être affinées lors d’une autre séance plus spécifiquement portée sur l’oral, où le professeur aura d’avantage le temps de mesurer ces compétences individuellement, ce qui n’est jamais facile avec l’immédiateté de l’échange oral. Voir la (Grille pour l’Oral en document joint .

Intérêt de la séance

- Elle met les élèves directement dans les exigences du travail de première MAIS le recours au débat oral - si apprécié des élèves -, la variété des activités avec une gradation progressive dans les exigences , n’inhibent pas leur investissement.

- Elle a le mérite d’articuler immédiatement l’activité orale à l’écrit et de rappeler aux élèves la nécessité de maîtriser la prise de notes.

- Elle couvre un éventail large de compétences et permet un diagnostic assez complet qui servira de base aux rappels des méthodes à consolider ou à acquérir.

- C’est une séquence qui peut, en outre, être reprise telle quelle dans son déroulement, pour ouvrir ou clore d’autres séquences dans l’année, autour de la lecture d’oeuvres intégrales étudiées en classe ou données comme complémentaires. Le professeur pourra alors reprendre la même grille de compétences pour faire mesurer leurs progrès aux élèves ou la modifier selon les compétences nouvelles qu’il veut qu’ils acquièrent.

Les limites de l’exercice

Il peut avoir les défauts de ses qualités :

- Pour certaine classe, l’attention pourrait être trop difficile à soutenir sur une séance de 2 heures consécutives.

- Le nombre et la variété des compétences peuvent paraître trop importants et faire courir le rsique d’une certaine dispersion. Il peut y avoir un effet contraire à celui souhaité, à savoir que les élèves pourraient se sentir décourager devant l’ampleur des tâches à accomplir.

- Ce travail a été réalisé avec une classe de 1ère L de 22 élèves, un tel nombre a rendu possible cette séance en classe entière, il risque d’être plus compliqué à mener avec un effectif de plus de 30 élèves, d’où probablement la nécessité d’aménager un dispositif de dédoublement.

Dès lors le cadre de 2 heures n’est plus tellement possible, il faudrait par conséquent imaginer une autre articulation entre la première partie : mini-contrôle et débat, avec la seconde : synthèse écrite à partir des prises de notes. Mais un tel décalage dans le temps peut avoir aussi son intérêt méthodologique : reprendre ses prises de notes d’un cours sur l’autre, mesurer l’intérêt de la relecture, etc.

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)