Lire, dire, écrire de la poésie à l’occasion du Printemps des poètes

, par VIGHIER Lionel

Projet et objectifs

Projet : Envahir l’espace scolaire de poésie

« Je hais les haies qui sont des murs
Je hais les murs qui sont en nous » (Raymond Devos)

A l’occasion de l’événement annuel le Printemps des Poètes, les élèves d’un même niveau (4è) ont mené de multiples actions poétiques visant à envahir l’espace du collège de poésie, pendant une semaine.

Ce projet prend appui sur la volonté de rompre avec les exercices habituels de lecture, qui amènent l’élève à répondre à des questions d’analyse sur un texte mais rarement à se l’approprier. Ce mode de lecture, qui développe les compétences de compréhension et d’analyse, ne permet pas à l’élève de vivre pleinement le texte littéraire, d’en avoir une approche physique et personnelle. La simple posture d’apprenant est difficilement dépassée, au risque de reléguer l’oeuvre d’art (ici, le texte) à un moyen de travailler des compétences scolaires.

L’intitulé du Printemps des poètes 2013 amenait à s’interroger sur « les voix du poème ». Cet intitulé pouvait inciter à renouer avec une tradition de l’oralité en poésie : en effet le poème, par sa forme et son rythme, est une voix aussi bien qu’un texte, et peut être aussi bien lu qu’entendu. Ainsi ce genre semble entrer en résonance avec les aspirations d’un cours souvent trop écrit, trop emmuré dans le silence des lignes et, hélas, de bien des élèves.

Le projet a donc eu cette vocation : pendant une semaine, casser les murs... pour remplir l’espace scolaire des voix de poèmes.

  • casser le mur qui sépare l’élève du texte
  • casser le mur qui sépare l’élève de l’autre
  • casser le mur qui sépare les classes entre elles : tous les élèves de 4è ont travaillé ensemble
  • casser le mur qui impose une frontière entre l’oral et l’écrit

L’abolition des murs s’est faite dans la structure même du projet :

  • tous les élèves de 4è ont travaillé ensemble
  • des professeurs de disciplines différentes se sont investis dans le projet
  • le personnel administratif, le personnel d’entretien et la vie scolaire ont contribué au bon déroulement du projet

Objectifs

  • Faire découvrir une grande variété de poètes et de poèmes
  • Développer le goût des collégiens pour l’écriture et la lecture
  • Développer, laisser libre cours à l’imagination et la créativité des élèves
  • Interpréter, dire, jouer un poème
  • S’investir dans un projet collectif
  • Utiliser les TIC pour améliorer et diffuser un poème

Démarche et activités

Le Printemps des poètes dure en réalité deux semaines, une semaine de préparation et une semaine d’animation, mais en réalité l’événement oriente le travail de toute l’année.

Le temps de la préparation

Pour préparer la semaine du Printemps des Poètes, les élèves sont amenés à modifier toute l’année leur rapport à la poésie en entrant au contact de celle-ci. En fonction du professeur, différentes activités en lien avec la poésie leur sont proposées :

  • sensibilisation à la poésie écrite : par exemple dans le cadre de l’étude de la littérature épistolaire, les élèves choisissent un poème (d’un auteur ou d’eux) à envoyer et doivent s’interroger sur les raisons de ce choix en relation avec le message et les identités respectives de l’émetteur et du destinataire
  • oralisation de la poésie : dans un premier temps les élèves sont invités à lire des vers (travail de la diction, de la versification et de l’expressivité) et dans un deuxième temps à les mettre en scène. Cette mise en scène peut prendre des formes diverses et privilégie la créativité ainsi que l’expression de soi. Entre autres ateliers possibles, les élèves sont invités à lire des vers de la manière d’une manière neutre pour ensuite s’entraîner à une diction plus expressive. En outre, les élèves sont amenés à représenter physiquement (par la gestuelle, les expressions du visage...) un ou plusieurs vers ; à la suite de cela, la "récitation" du vers prend la forme d’une incarnation où la voix se mêle au corps.

Cette préparation progressive s’est avérée indispensable. Les élèves ayant bénéficié d’activités de préparation ont été bien plus à l’aise dans l’oralisation et la créativité des activités proposées par le Printemps des Poètes, qui requiert une appropriation lente et profonde de la poésie, de ses voix, et une confiance en soi qui se travaille avec le temps.

La semaine de préparation

La semaine de préparation précède la semaine du Printemps des Poètes. La mission assignée aux 4è est présentée de la manière la plus simple et concise : envahir le collège de poésie.
Les élèves se regroupent par binômes ou trinômes (à l’intérieur d’une classe ou avec des camarades d’une autre classe de 4è) et choisissent l’une des missions suivantes (dont la nature est expliquée ci-dessous) :

  • les "B.I.P." ou "Brigades d’Interventions Poétiques" (appellation inspirée du Printemps des Poètes) [1]
  • les "balado"
  • les arbres poétiques
  • le tutorat
  • les affiches poétiques
  • les boîtes à poèmes
  • les menus poétiques

La semaine d’animation

Pendant une semaine, le collège est envahi par de la poésie, trop souvent cloisonnée au cours de français :

  • les "B.I.P." interviennent de manière inopinée au milieu de certains cours, avec l’accord des professeurs concernés. Pendant cette intervention, les élèves théâtralisent un poème par une lecture collective la plus expressive possible et parfois au moyen d’une mise en scène se servant du corps des élèves (utilisation de l’espace, légères acrobaties, gestes, mimiques...) comme de supports autres tels que des affiches, des inscriptions poétiques sur leurs vêtements etc.

  • les "balado" sont des groupes d’élèves ayant travaillé sur la mise en voix du poème. Pendant la semaine de préparation, les élèves se sont enregistrés grâce à une mallette de balado-diffusion dans un double but : s’écouter pour améliorer la mise en voix et diffuser l’enregistrement final (et abouti) sur le blog de français du collège pendant la semaine d’animation. Au cours de cette même semaine, la sonnerie du collège a été remplacée par la lecture de poèmes par ces mêmes élèves, grâce au microphone du collège. Les récréations, par exemple, étaient annoncées par la lecture de poèmes. Voici un exemple d’enregistrement :

  • les arbres poétiques sont des maquettes représentant des arbres dont les feuilles et/ou les fleurs sont des extraits de poèmes. Ces arbres ont été exposés au C.D.I.

  • chaque midi, des groupes d’élèves de 4è ont proposé aux autres élèves des séances de tutorat d’initiation à l’écriture de poèmes. Les 4è tuteurs ont ainsi construit leurs propres cours et se sont approprié différentes techniques d’écriture afin de pouvoir les partager.
  • le vendredi soir précédant la semaine d’animation (pour surprendre les adultes et les élèves du collège le lundi matin), un grand nombre d’élèves de 4è ont recouvert - dans la mesure du possible - les murs des couloirs, du réfectoire, les piliers et les murs du préau, de poèmes dont la typographique et la disposition ont été soigneusement réfléchies de telles sorte qu’elles rendent explicite le sens du poème.




  • les boîtes à poèmes ont été créées par les élèves et disposées dans des endroits stratégiques du collège : salle de permanence, C.D.I., salle des professeurs. L’objectif de ces boîtes est de "poster" des poèmes écrits par les élèves et les adultes de l’établissement. Les élèves qui ont créé les boîtes à poèmes ont aussi comme rôle d’ouvrir et de publier les poèmes sur le blog de français du collège.




  • aux élèves responsables des menus poétiques ont été distribués les menus de la semaine entière. Chaque binôme responsable d’un jour a en quelque sorte traduit le menu d’un jour en termes poétiques, en jouant sur les allusions, les métaphores et les sonorités. Ces menus poétiques ont été quotidiennement affichés à l’entrée de la cantine grâce aux agents de la demi-pension, ainsi que publiés sur le site du collège.

Evaluation et bilans

La semaine de préparation et la semaine d’animation ont été des moments humains et pédagogiques exceptionnels dans l’établissement.

Le Printemps des Poètes, préparé comme un évènement important dans le collège, est d’une grande richesse pédagogique. Les objectifs visés par les enseignants ont été globalement atteints :

  • Faire découvrir une grande variété de poètes et de poèmes : la variété et le nombre des supports a permis aux élèves d’entendre et de lire une grande variété de poèmes. Cet objectif est surtout atteint en ce qui concerne les 4è, dont le travail important en amont a permis une lecture plus posée de différents textes poétiques. Les autres élèves du collège ont, quant à eux, lu et entendu beaucoup de poèmes, découvrant ainsi la variété du genre poétique. Pour tous les élèves, cette semaine a permis de casser certains murs, ceux qui enferment la poésie dans les livres, dans le cours de français et bien souvent dans une séquence "poésie" du cours de français : la poésie se lit, se dit, se joue, bref elle est une expérience sensorielle qui se vit.
  • Développer le goût des collégiens pour l’écriture et la lecture : la variété des supports, notamment l’utilisation de supports audio, a permis une découverte moins scolaire de la poésie. Ce Printemps des Poètes a été l’occasion d’écrire des poèmes pour plusieurs élèves, dans un cadre beaucoup plus ludique que scolaire, qu’il s’agisse des affiches, des arbres à poèmes, des B.I.P., des boîtes à poèmes, des menus ou du tutorat. Cette écriture est d’autant plus valorisante qu’elle est suivie d’une diffusion par la publication en ligne, par l’affichage ou la diffusion audio.
  • Développer, laisser libre cours à l’imagination et la créativité des élèves : qu’il s’agisse d’écriture de poèmes, de mise en voix ou de mise en scène de poèmes, les élèves disposent de toute la liberté de création qu’ils souhaitent, à condition que cette création s’adapte à l’établissement et, surtout qu’elle soit une interprétation pertinente et personnelle du texte. La qualité de la création est d’autant plus travaillée que les élèves ont conscience d’être entendus, lus, vus. Différents prix ont été accordés aux élèves pour la qualité de leur prestation.
  • Interpréter, dire, jouer un poème : l’approche de la poésie au collège se limite souvent à la lecture analytique par questions (qui restreignent le poème à l’écrit et à un exercice scolaire) et à la récitation (qui ne permet pas en soi une appropriation du texte). Le travail sur la mise en scène et la mise en voix du texte a pour objectif de rendre explicite voire d’interpréter le sens du poème, ou du moins d’en faire saisir la beauté. Pour cela, le travail de préparation permet une véritable appropriation du poème, qui passe par une compréhension littérale de celui-ci, une étude de la prosodie, une sensibilisation à son rythme propre et à sa texture sonore, sans lesquels l’élève ne peut faire passer d’émotion lors de sa lecture, sa récitation ou sa mise en scène du poème, qui en sont, dans le meilleur des cas, une interprétation.
  • S’investir dans un projet collectif : les élèves ont été invités à choisir la mission qui leur plaisait le plus, ainsi que les camarades avec lesquels travailler. Ainsi, le cours n’est plus subi ni mené par le professeur mais se décline en ateliers dans lesquels les élèves sont responsables de leur propre organisation. L’ampleur du projet leur confère une responsabilité dont ils ont conscience et les amène à la fois à une organisation autonome (gérée et stimulée par l’enseignant) et à un dépassement de soi, dans la mesure où la mission de tous les élèves est la mise en scène de la poésie. La plupart des élèves se sont investis dans ce projet collectif, de même que l’ensemble du personnel de l’établissement (toutes discipline et toutes fonctions confondues).
  • Utiliser les TIC pour améliorer et diffuser un poème : grâce à la mallette de balado-diffusion, les élèves ont pu travailler la mise en voix du poème en s’enregistrant et en se réécoutant. L’outil d’écriture collaborative Etherpad Versailles [2] a été utilisé pour l’écriture collective de poèmes entre élèves et pour l’amélioration des textes grâce aux conseils du professeur. Enfin certains de ces enregistrements et de ces écrits ont été diffusés sur le blog de français du collège.

Limites et perspectives

Un évènement impliquant tout un niveau et presque tous les cours du collège requiert un très lourd travail d’organisation collective et une implication de tous :

  • la constitution d’ateliers inter-classes sur l’ensemble d’un niveau suppose une étude scrupuleuse des emplois du temps
  • l’intervention des B.I.P. est l’opération la plus lourde à gérer : pour chaque heure, il faut prévoir un ou plusieurs adultes (professeurs disponibles ou assistants d’éducation) qui extraient des élèves d’une salle pour les mener dans une autre salle
  • il faut veiller à l’accord des collègues quant à l’intervention soudaine de B.I.P. en plein milieu de leurs cours
  • les élèves, en particulier ceux des autres niveaux, doivent respecter le travail de leurs camarades. Les B.I.P. savent qu’ils s’exposent au regard (potentiellement critique et moqueur) de leurs camarades, même si ceux-ci sont invités à l’attention et à la bienveillance. La pose d’affiches et le caractère inopiné des interventions (en classe ou par audio) peuvent être sources de désordre. Par conséquent il est nécessaire de préparer les élèves à cet évènement et de veiller à ce que le bon esprit, la curiosité et la convivialité règnent.

L’opération suppose aussi une préparation pédagogique conséquente :

  • une initiation à la poésie, à sa mise en voix et à sa mise en scène. On peut éventuellement commencer par des oeuvres théâtrales versifiées, ce qui n’exempterait pas le professeur d’initier ses élèves à la poésie en tant que genre.
  • une semaine de préparation du Printemps des Poètes, qui doit être moins considérée comme une semaine de préparation que comme une semaine de lecture et de création

On pourrait s’interroger sur ce que les élèves retiennent d’un évènement aussi ample et aussi éphémère, hormis la richesse du genre et des voix poétiques. La découverte des textes est souvent fugace, et l’on peut se demander à juste titre quelle trace (écrite, orale ou autre) pourrait subsister de cette semaine. La solution retenue cette année par les enseignants a été celle d’une rubrique consacrée au Printemps des Poètes dans un blog du C.R.D.P. de Versailles, qui permet la publication de textes, d’images, de sons et de vidéos (dans le respect du droit d’auteur et du droit à l’image). Ainsi, les élèves gardent une trace de ce Printemps des Poètes et peuvent retrouver les textes et les voix qui ont su les émouvoir.

Sitographie

Vous trouverez toutes les informations utiles concernant le Printemps des Poètes sur le site officiel. Chaque année un nouveau thème est proposé, ce qui permet d’orienter la création des élèves vers d’autres horizons.

Quelques productions d’élèves ont été publiées sur ce blog (2013) et sur ce blog créés sur la plateforme académique.

Professeurs organisateurs du projet : V. Gouzien, L. Vighier (collège Pablo Picasso, Montesson)

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)