Podclasse et français : un exemple d’expérimentation

, par COLOMBI Raphaële, collège Pierre de Coubertin, Chevreuse

Podclasse et français : un exemple d’expérimentation dans une classe à profil spécifique de niveau cinquième

Expérimentation Ipod Podclasse TICE français langue

1) Le projet

Il s’agit d’utiliser un nouvel outil en cours de français : le Ipod. Celui-ci permet de stocker aussi bien des fichiers textes (sous certaines conditions) qu’audio, vidéo, ou images, et de les mettre à disposition des élèves, aussi bien en classe qu’à la maison.

L’expérimentation a lieu dans une classe à projet cinéma déjà constituée : les élèves en grande difficulté en fin de sixième y ont été rassemblés, on y trouve un certain nombre de dyslexiques relevant ou non d’un PAI et des handicapés.

2) Les activités

  • Fichiers vidéo :
    dans le cadre de l’initiation au cinéma, téléchargement de bandes-annonces, permettant de donner des exercices à faire à la maison. Le gain est tout de suite visible pour le professeur ; en effet, c’est enfin un moyen à disposition pour pouvoir donner du travail d’analyse filmique aux élèves, et ce, qu’ils aient ou non un ordinateur.
  • Fichiers audio :
    • Dictée Ipod : le professeur enregistre l’extrait d’un texte sans la ponctuation accompagné d’exercices préparatoires à faire à la maison : le texte est dans un deuxième temps dicté classiquement en classe.
    • Texte narratif : Parallèlement à un travail sur la nouvelle policière opérée en classe, un récit audio est téléchargé grâce auquel la compréhension des nouvelles notions d’étude de texte est évaluée. Le dessein est de supprimer l’étape de la lecture pour les élèves dyslexiques.
  • Fichiers textes :
    • Ressources grammaticales : les leçons autour des fonctions reliées au verbe sont mises à disposition sur le Ipod, dès le début de l’année, avec un quizz, permettant de les aborder de façon ludique, au moment de la mise en place d’un défi-grammaire. Les leçons sont formulées de façon à permettre l’autonomie de l’élève. Le logiciel utilisé n’autorise aucune mise en forme, mais a le grand avantage de permettre de faire des liens hypertextes entre les différentes leçons, ce qui montre concrètement aux élèves que la grammaire est un système. D’autre part, celles-ci ont été formulées pour que l’élève soit autonome : elles se présentent comme des recherches de preuves.
    • Ressources orthographiques : au fur et à mesure des besoins constatés en expression écrite et en orthographe, des leçons sur les homophones grammaticaux sont rajoutées. Elles sont exploitées de différentes façons : elles font d’abord l’objet d’un réinvestissement dans la dictée Ipod suivante. Ensuite, elles permettent la mise en place d’une pédagogie différenciée lors de la correction des rédactions. Chaque élève se voit ainsi pointé sur sa copie la règle qu’il a besoin de revoir. Il trouve à sa disposition dans un classeur des exercices qu’il peut faire en utilisant son Ipod. Lors de l’expression écrite suivante, une partie du barème est affectée à la vérification de cet acquis.

3) commentaire

Les élèves s’approprient très rapidement le nouvel outil, qu’ils considèrent comme un bel objet, et sont contents d’avoir. Il semble que l’instrument soit « facilitant », parce qu’il est considéré par les élèves comme ludique : ainsi les dictées préparées à la maison deviennent un jeu, et suscitent moins d’angoisse en classe, même pour les dyslexiques.

Dans un premier temps, l’intérêt pédagogique d’un tel outil semble résider uniquement là. Par ailleurs, l’utilisation de récits audio, loin d’être une aide pour les élèves dyslexiques, s’est avérée un échec car une difficulté supplémentaire : pour être intéressant, il doit être absolument doublé du texte écrit. On remarquera cependant que la plupart des élèves ont pallié d’eux-mêmes la difficulté en allant à la recherche de celui-ci sur internet, ce qui dénote une autonomie non négligeable

Dans un deuxième temps, on s’aperçoit que les élèves réclament les ressources quand elles leur font défaut, pour une raison technique ou une autre : on est donc conduit à conclure qu’ils ont pris l’habitude de les consulter, et que les leçons de grammaire sont devenues un besoin…

Dans un troisième temps, enfin, le professeur donne une dictée comprenant des accords du participe passé, aussi bien avec l’auxiliaire être, que l’auxiliaire avoir, sans jamais avoir fait la leçon avec les élèves, celle-ci étant à disposition sur les Ipods depuis le début de l’année. Or une majorité de la classe non seulement réussit l’exercice, mais est à même de justifier ses réponses, en nommant soit les COD, soit les sujets, ce qui suppose que d’autres leçons disponibles ont été consultées et comprises. Il semble donc qu’un réel apprentissage autonome puisse se faire par l’intermédiaire du Ipod, et c’est sans doute un des aspects les plus intéressants à retenir dans son utilisation pédagogique.

Il est cependant à remarquer qu’une tout autre exploitation de l’objet n’a pu être envisagée dans cette classe : l’aspect créatif. En effet, il est possible de produire un podcast, soit audio, soit vidéo avec les élèves. Ce n’était pas possible dans cette classe-là, qui avait déjà un projet très lourd, et interdisciplinaire, concernant l’écriture et le tournage d’un film documentaire sur le collège. Mais c’est sûrement une piste à exploiter.

4) Médiathèque

Pièces jointes :

  • Fichier MP3 : une dictée IPod
  • document word : les consignes du défi grammaire, de la dictée Ipod avec son texte.
  • document powerpoint : les homophones grammaticaux.
  • Documents html compatibles avec les Ipods : les fonctions autour du verbe et un quizz autour de ces fonctions. Ce sont deux dossiers compressés. Pour pouvoir les utiliser, après les avoir tous décompressés et copiés sur son ordinateur, cliquer sur le fichier "index". Vous verrez alors apparaître les leçons ou le quizz dans votre navigateur internet. Sur cette page de sommaire se trouve un lien qui permet de télécharger les fichiers sur votre Ipod.

Liens

Un site où télécharger des livres audio gratuits et libres de droit : sur chaque article, un lien est fait vers le fichier texte. La plupart de nos élèves ayant un lecteur MP3, et ce site regorgeant de classiques, on peut d’ailleurs se demander s’il ne serait pas exploitable de façon plus large pour remobiliser certains lecteurs :

http://www.litteratureaudio.com/

une interview d’un professeur de français sur le podcast avec des exemples de réalisation par les élèves :

http://www.cafepedagogique.net/lemensuel/lenseignant/lettres/francais/Pages/81_francais_interview_yael_briswalter.aspx

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)