LA PLACE DU LATIN ET DU GREC AU COLLEGE ET AU LYCEE

, par MELET Cécile

La Page des Lettres initie une réflexion commune sur le socle, tout au long de l’année, nous la poursuivrons de manière à suggérer la façon dont notre discipline contribue au socle commun de connaissances et de compétences.

LE LATIN ET LE GREC AU COLLEGE ET AU LYCEE : QUELLE PLACE POUR LES LANGUES ET LA CULTURE DE L’ANTIQUITE ?

Mise en perspective

Dans une conférence-débat intitulée « Science et humanisme , une éducation à la mesure des ambitions de l’Europe » diffusée en visioconférence au lycée de Sèvres et dans plusieurs lycées d’Europe, Florence Robine, Inspectrice Générale de l’Education Nationale, a ouvert des pistes pour répondre à la question : Quelle formation devons-nous donner aux jeunes pour qu’ils puissent affronter le monde de demain ?

L’exposé était articulé autour des trois points suivants :

· L’éducation doit-elle être au cœur de la politique de l’Europe ?

· Quelle place et quel rôle doit avoir l’éducation scientifique ?

· Pour une éducation à la science, moderne et humaniste, plus ancrée dans l’humain, dans le concret et dans l’échange…
« Déscolastiquer » l’enseignement - le mot a été proposé par un lycéen - pour faire entrer l’humain dans le monde de la science, replacer les savoirs dans leur contexte historique et philosophique en les décloisonnant car la vie à l’extérieur de l’école n’est pas cloisonnée : l’enjeu est de premier ordre. Si la culture humaniste se conçoit comme un projet pour épanouir l’homme et l’aider à construire un monde où il pourrait se retrouver, nous devons dispenser un enseignement qui garde toutes ses chances à l’avenir des valeurs humaines. Les Anciens appelaient humanitas cette formation qui faisait de l’homme un être rationnel, équilibré et capable d’adapter ses connaissances.

Les IA-IPR de Lettres

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)