Questionnaire sur l’exposition virtuelle en images « Contes de fées » de la BNF

, par VERDIER-LE CAM Catherine

Présentation de la recherche

Ce questionnaire s’appuie sur l’exposition virtuelle en image « Contes de fées » de la BNF. Il s’inscrit dans la séquence Utiliser une exposition virtuelle pour un travail en classe de sixième : Le Petit Chaperon rouge dans tous ses états

Site Internet

http://expositions.bnf.fr/contes/indexim.htm

Questionnaire

Pour répondre à ce questionnaire, tu dois visiter l’exposition virtuelle en furetant partout ! N’oublie pas de cliquer sur les vignettes qui te permettront de trouver de nouveaux éléments !

- 1. De quelle période datent les premiers contes de fées ?

- 2. Dans quels pays trouve-t-on des contes merveilleux ?

- 3. Comment se sont-ils transmis ?

- 4. Cite trois auteurs de contes écrits connus : donne leur nom, le titre d’un de leurs contes, leur pays d’origine et le siècle auquel ils appartiennent.

- 5. Qui est le Chevalier de Mayer ? Cite trois titres de contes extraits de son recueil.

- 6. Quel est la date de publication des contes de Perrault ? De quand date l’exemplaire le plus ancien et quelles sont ses caractéristiques ?

- 7. Donne des caractéristiques du monde merveilleux du conte. Statut de la Forêt deux contes

- 8. Qui est le plus souvent mis en scène dans le conte de fées ?

- 9. Comment le conte de fées se termine-t-il le plus souvent ? Connais-tu une exception ?

- 10. Le conte de fées est-il encore vivant aujourd’hui ?

Corrigé du questionnaire

- 1. On ne peut dater précisément les premiers contes de fées : depuis qu’il rêve, l’homme a le goût des histoires.

- 2. On trouve des contes merveilleux dans toute l’Europe mais aussi partout dans le monde : De merveilleuses histoires se trouvent aussi en Inde, en Arabie mais aussi en Chine, en Afrique... En fait, les motifs et structures du conte sont universels.

- 3. Les contes se sont d’abord transmis par ce qu’on appelle la transmission orale : ils sont nés d’une parole, transmis de bouche à oreille.

- 4. Trois auteurs : Charles Perrault, auteur français des Histoires ou Contes du temps passé, au XVIIe siècle ; Mme Leprince de Beaumont, française, auteur de La Belle et la Bête, au XVIIIe siècle ; les frères Grimm, auteurs allemands qui rassemblent et réécrivent des contes au début du XIXe siècle dans les Contes de l’enfance et du foyer.

- 5. En 1789, le Chevalier de Mayer publie le Cabinet des Fées, une énorme compilation de 41 volumes dans laquelle il rassemble des contes parmi lesquels : La Lampe merveilleuse ; Le Prince des Aigues Marines, conte de Louise Lévêque (1703-1745) ; Le Prince Muguet et la Princesse Zaza, conte de Caylus (1692-1765),

- 6. Les Contes du temps passé ou Contes de ma Mère l’Oye de Perrault ont été publiés en 1697 mais une copie manuscrite existe, qui date de 1695 soit deux ans avant la publication. Cinq des huit contes en prose y figurent. Orné d’un frontispice, d’un cartouche et de cinq vignettes, l’ensemble est relié aux armes d’Élisabeth Charlotte d’Orléans, nièce de Louis XIV et dédicataire du livre. Quelques corrections et commentaires d’une seconde main figurent sur ce texte, peut être de Perrault lui-même.

- 7. C’est un monde où les animaux parlent, où les distances et le temps varient, où toutes sortes de créatures se manifestent, où tout, de la forêt à la clef, peut se révéler Fée. Sombre et dangereuse, la forêt est caractéristique de l’univers des contes. Lieu d’initiation et de mise à l’épreuve par excellence, elle confronte héros et héroïnes avec le mal, la mort et le surnaturel. Deux exemples : Le Petit Poucet de Perrault et Hansel et Gretel des frères Grimm

- 8. Le conte de fées met en scène un héros enfant ou adolescent soumis à des épreuves, véritables nœuds de l’intrigue.

- 9. La plupart des contes finissent par récompenser le héros. L’essentiel tient dans le fait que les épreuves sont toujours surmontées. Une exception : Le Petit Chaperon rouge de Perrault.

- 10. Le conte de fées fait partie de l’imaginaire collectif. Utilisé à des fins commerciales ou de divertissement, il est adapté, modifié, dévié de son sens pour amuser les enfants comme les adultes : on le retrouve de l’art à la publicité.

partager

title print