De la rhétorique à la communication

, par Delphine Regnard

Comment enseigner et faire pratiquer l’oral ?

Mené dans une classe de Première en latin pendant deux mois, le projet s’est inscrit dans la séquence consacrée à la thématique "La rhétorique, l’orateur et la puissance de la parole" : le programme invite donc clairement à envisager le terme rhétorique dans toute son extension, à la fois théorie et pratique du discours. Les problématiques furent donc les suivantes : comment faire sentir et comprendre aux élèves cette puissance de la parole, avec ses effets sur le destinataire ? comment faire comprendre la continuité entre les écrits d’auteurs grecs et surtout latins, orateurs eux-mêmes, et la littérature française notamment, et plus largement européenne ? Comment faire percevoir aussi la continuité dans les techniques employées par des hommes politiques tels que Charles de Gaulle ou Obama ? Comment, dès lors, définir rhétorique et communication ?
Le projet visait à faire travailler les compétences de l’oral, tout en mettant en perspective cette thématique, grâce à l’utilisation des TICE : un blog, ouvert sur la plate-forme du CRDP de l’Académie de Versailles (référencé ci-dessous), a servi d’ENT pour entreposer les fichiers texte, son et images et pour avoir accès à un certain nombre de ressources en ligne.

Rhétorique et communication, ou comment donner de la puissance à la parole ?

Après une première phase traditionnelle consistant en l’étude d’extraits de Cicéron et de Quintilien, les élèves ont eu à chercher des personnages historiques antiques en lien avec la Méditerranée (le thème fut imposé par un projet invitant les disciplines artistiques et littéraires du lycée à organiser une « Semaine des Arts » en avril 2010 ayant comme thème et titre « Odyssées »). L’objectif était de faire s’affronter oralement et de façon la plus improvisée possible leurs personnages, avec la possibilité, comme pour les grands auteurs, de faire quelques entorses à l’histoire, pourvu que la vraisemblance fût conservée.

Inventio, ou que dire

Les élèves effectuèrent d’abord des recherches au CDI puis sur Internet (sites proposés par le professeur et par les élèves avec justification de leur choix, notamment la pertinence scientifique des sites trouvés) ; les élèves ont donc lu des ouvrages documentaires mais aussi des oeuvres littéraires : L’Odyssée d’Homère, L’Enéide de Virgile, Antoine et Cléopâtre de Shakespeare, Mithridate de Racine puisque leurs personnages furent Ulysse et Eole, Enée et Didon, Antoine et Marc-Antoine, Mithridate et Pompée.

Dispositio et elocutio : comment dire avec effets ?

Après des recherches sur la construction d’un discours, les élèves ont pu analyser les procédés littéraires de "grands discours" (extraits des Catilinaires et des Philippiques ; discours de Jaurès, de de Gaulle, et de SimoneVeil, extraits de l’anthologie Les grands discours du XXème siècle présentés par C. Boutin aux éditions champs classiques). Ainsi, cette première approche a permis d’examiner l’écriture de ces discours et de réfléchir à leurs effets. Les liens vers des sites proposant ces extraits de textes ont été publiés sur le blog.

Actio, ou comment le mettre en corps

Les élèves ont pu étudier un certain nombre de vidéos disponibles sur les sites INA (notamment Jalons pour le temps présent), Assemblée Nationale, Youtube afin de comprendre l’importance de la mise en voix et de la mise en scène. On a pu ainsi étudier comment Artistide Briand (fichier sonore), Charles de Gaulle, Badinter, les membres du gouvernement, mais aussi Obama donnent force de conviction à leurs propos. Les références exactes se trouvent postées sur le blog. La réflexion s’est ensuite élargie aux notions de communication, de storytelling grâce à l’étude d’articles (notamment le numéro de Sciences Humaines de novembre 2009 : « D’Aristote à Obama ») et à l’intérêt des sites sociaux tels que Facebook et Twitter pour des hommes politiques cherchant à communiquer et à se faire entendre.

Memoria, ou comment improviser

Les élèves ont, après écriture collaborative sur traitement de texte, tâché de dire leur texte, rédigé sous forme de notes, en utilisant soit Audacity soit leur propre téléphone portable ; les fichiers son ont été ensuite déposés sur le « Gestionnaire de médias » du blog.

Compétences travaillées et activités des élèves grâce aux TICE

Les outils TICE comme outils au service de la formation de l’élève et de la construction d’une plus grande autonomie

Plusieurs outils TICE ont été utilisés : le blog et son interface permettant de s’en servir comme d’un ENT puisque les élèves ont les codes pour y accéder, les liens Internet vers des fichiers son et vidéo, un logiciel pour enregistrer le son Audacity ou le téléphone portable des élèves. Ainsi, l’usage du blog comme ENT a permis aux élèves de travailler constamment selon un projet éditorial défini : leur texte devait pouvoir être exploité par n’importe quel élève du groupe, les travaux écrits devaient être envisagés dans leur dimension orale, les fichiers son devaient correspondre à une certaine qualité qu’ils avaient à définir. Ainsi, des élèves ont pu répéter leur mise en voix pendant plus d’une heure, l’outil TICE ne se limitant pas ainsi à un simple
enregistrement mais devenant vraiment outil de travail en autonomie pour l’élève. L’intérêt de pouvoir se réécouter fut très productif et révélateur pour eux de compétences d’oral à travailler, selon les objectifs qu’ils s’étaient fixés (diction, conviction et naturel).

Socle commun

Dans le prolongement du Socle Commun, qui concerne les élèves jusqu’à seize ans, et de son annexe liminaire, on a pu se placer du « point de vue de l’élève » afin de le rendre acteur de son travail, dans son élaboration et dans son évaluation ; se sont ainsi établies entre le professeur et l’élève une véritable collaboration et une co-évaluation formatrice. Les outils TICE ont également permis de travailler la compétence de l’oral autrement que par la simple récitation d’un texte écrit.

Perspectives : Histoire des Arts et Enseignement d’exploration "Littérature et société"

Ce projet a pris place au sein du cours de latin en liaison avec le programme de Français qui demande à travailler les formes de l’argumentation mais aussi l’exercice d’Ecriture d’Invention de l’EAF ; il s’inscrit également dans l’Histoire des Arts (domaine des « arts du langage ») et peut aussi être exploité dans l’enseignement d’exploration « Littérature et société » (domaines 1 : « écrire pour changer le monde », 3 : « Images et langages » et 4 : « Médias : information et communication »).

Le blog

Vous retrouverez les références et les liens vers les ressources mentionnées dans le billet posté sur le blog : bloglatinpremière

INA/ Jalons pour le temps présent.

Exposition de la BNF sur la médiatisation par les hommes politiques de leur image.

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)