Utilisations du Petit Robert électronique en classe de 2nde

, par BERTAGNA Chantal

Le Petit Robert Electronique, même s’il est moins riche en mots et citations que le Grand Robert son aîné, permet de pratiquer avec une grande commodité et une grande souplesse, pour les élèves de niveau hétérogène que nous accueillons à présent en seconde, des exercices très rapides et très variés, non seulement de vocabulaire, mais d’aide à la compréhension des textes et de préparation à l’écriture. Les conditions idéales sont une salle disposant de postes partageant le cédérom en réseau.

1. Enrichissement linguistique du lexique de l’élève

Comme tout dictionnaire, le Petit Robert électronique permet l’enrichissement du lexique. Mais les fonctionnalités qui sont les siennes rendent cet enrichissement aisément accessible et favorisent une progression dans l’art d’utiliser un dictionnaire.

1.1 Approfondissement progressif grâce au passage du Plan à l’article détaillé

Pour l’éducation à la citoyenneté, quoi de mieux que d’explorer les sens du mot « cité » ? Le mode Plan permet une première lecture simple qui donne du concept une approche neutre.

Le mode Détaillé permet au contraire d’amener réflexion et débat sur des connotations plus proches des élèves.

Il sera intéressant de souligner le lien étroit de la notion de « droit » avec le sens premier de « cité » ; on mettra cette constatation en parallèle avec les cités de non-droit. De quoi amener une réflexion sur la nécessité de remettre de la cité dans les cités...

1.2 Travail sur l’étymologie

Le Robert favorise la familiarité avec l’orthographe. En partant du titre du Misanthrope, on fait apparaître l’étymologie avec les deux radicaux.

Par les antonymes proposés, on accède à « philanthrope »

Avec la Recherche par Etymologie, on a accès à toute la famille étymologique de -anthrop- avec ses difficultés orthographiques.

Par le même processus, on fera découvrir « misogynie » et le tout récent « misandre » qui date de 1970 : de quoi dépasser les considérations orthographiques !

Par ailleurs, la facilité et la clarté des recherches étymologiques dans le Petit Robert permettent d’amener les élèves à sentir tout ce que la recherche des racines apporte à la connaissance en profondeur d’un concept. On prendra l’exemple de « politique » et de « civil ». L’exploration de l’article dans l’ordre Etymologie, mode Plan puis Détaillé permet de pénétrer peu à peu dans un concept très riche, fondamental et que beaucoup d’élèves envisagent de façon péjorative en ravalant le politique au rang du politicien. Pour le deuxième terme, l’élargissement des connaissances se fait par la consultation successive de l’étymologie, du mode Plan puis du mode Détaillé.

- 

- 

Si le rapport étymologique avec la cité n’est certainement pas manifeste pour un grand nombre d’élèves, la notion de civilité et son rapport avec le sens premier de « civil » ne l’est sans doute pas non plus.

Enfin, la recherche par le critère Étymologie donne en un instant tous les mots provenant de telle langue étrangère ou régionale. Ainsi, si l’on demande par Recherche, Etymologie, français hors de France, Français de Belgique, on obtient un véritable glossaire de Germinal. Par une recherche lexicométrique dans l’œuvre de Zola, on aura la confirmation que des mots comme « porion » n’apparaissent que dans ce roman : voilà une façon d’aborder le naturalisme.

1.3 Travail sur la suffixation :

Pour travailler sur le point de vue, et la subjectivité, l’étude des suffixes dépréciatifs est intéressante. Ainsi Le Départ, un poème d’Emile Verhaeren, qui évoque la dureté de l’exode rural peut être l’occasion d’étudier le suffixe -ard en demandant la rubrique ’"Aide "du Robert.

Ensuite la liste obtenue par la recherche par « Entrées » permet de confirmer les premiers résultats, mais aussi d’exercer le sens critique des élèves en leur faisant effectuer un tri - pour cela, ils doivent consulter les articles des mots qui posent problème -. On les fait travailler ainsi sur la richesse et la diversité de la langue.

2. Enrichissement culturel et aide à la lecture

2.1 Exploration d’un champ sémantique

Dans le cadre d’un groupement de textes ou pour préparer un devoir argumentatif, on peut affiner la représentation que les élèves se font de la « culture », en associant l’étude de ce mot à celle de « colonie », afin d’établir leur relation étymologique et toutes les incidences qu’elle a sur la polysémie du premier terme.

Pour ce faire, on explore successivement l’étymologie de chacun des mots suivants en cliquant sur l’icône correspondante : par étapes, on met en évidence ce lien qui d’ordinaire échappe aux élèves non-latinistes.

- 

- 

- 

Ensuite pour approfondir la compréhension de ces notions, on explore les articles « colon » et « culture ». Si la longueur de l’article rebute encore certains élèves, on a la possibilité de passer au mode Plan ce qui permet la lecture globale de l’article. C’est là un des grands intérêts du dictionnaire électronique par rapport à son équivalent papier.

2.2 Interprétation des mots polysémiques :

Pour bien comprendre la scène de George Dandin qui oppose Monsieur et Madame de Sottenville à leur gendre et la raison profonde du dialogue de sourds qui s’établit entre eux, il peut être utile de proposer la scène entrée « au kilomètre » en traitement de texte et de demander aux élèves de la reconstituer : ils comprennent ainsi mieux comment Dandin se fait voler la parole. Pour leur comprendre pourquoi il se la fait voler, on cherche l’article « honneur » dans le Robert en signalant alors aux élèves que par une recherche lexicométrique dans une base textuelle comprenant Molière, Corneille et Racine , le mot « honneur » apparaît en suremploi dans George Dandin. L’article du Robert en mode Plan fait ressortir que le différend entre les protagonistes repose sur l’opposition entre les deux acceptions du terme.

On explore ensuite l’article détaillé pour chacun de ces sens afin d’approfondir.

- 

2.3 Evolution du sens des mots :

Un mot comme" équipage" dans un texte du XVIIème n’évoque rien pour des jeunes. Le mode Plan fait apparaître la date de 1652 et met ainsi en évidence l’évolution du terme à travers les siècles.

Un mot très polysémique comme « maison » pose un réel problème de compréhension si le lecteur n’en connaît que le sens moderne.. Par le mode Plan, on trouve le sens connu des élèves :

Il est aisé de faire négliger le deuxième sens de bâtiment affecté à un usage spécial et de se fixer sur le sens III : si le mode Plan a permis de sélectionner ce sens, le mode Détaillé donne une définition et des citations qui affinent la compréhension du sens de ce terme au XVIIème.

2.4 Les mots révélateurs d’une époque ou d’un lieu :

La présence de certains mots qui permet au lecteur averti de situer immédiatement un texte dans une période historique donnée constitue pour bien des élèves un obstacle à la compréhension ou une source de contresens. Ainsi en est-il des mots qui expriment ou caractérisent des fonctions sociales de la société d’Ancien Régime, mots qui abondent dans la littérature du XVIIème que ce soit chez Molière, La Bruyère ou Mme de Sévigné. Pour des mots comme « laquais » ou « livrées » , on attirera l’attention des élèves sur les dates associées à ces mots ainsi qu’aux abréviations telles que « anciennt ». La mise en page, le jeu des caractères et des couleurs favorise une lecture discriminante de la sorte.

- 

Pour « train », le mode Plan fait à la fois ressortir la polysémie du mot et son évolution : ainsi apparaît la nécessité de comprendre un vocable dans son contexte historique.

3. Aide à l’écriture

3.1 Exploration d’une notion contenue dans un sujet

Si l’on veut faire travailler sur l’épopée, sur l’héroïsme, on peut proposer comme sujet : « On peut être un héros sans ravager la terre », ce qui ne manquera pas d’en laisser plus d’un perplexe. Le recours à l’article du Robert va vite faire comprendre l’absolue nécessité de consulter le dictionnaire avant toute réflexion ou tout découragement.

Le mode Plan fait ressortir que le sens 4 ne convient pas au sujet.

Ce premier tri étant fait, l’élève aura à s’intéresser dans le mode Détaillé non seulement aux définitions des trois premières acceptions mais aussi aux exemples et définitions qui sont fournis.

Ainsi, ils récoltent des pistes de plan, des arguments et des exemples qui nourriront leur devoir !

3.2 Enrichissement du lexique actif dans l’écriture :

Le Robert peut servir à préparer l’écriture afin de donner aux élèves les outils nécessaires au type de texte et au sujet qu’ils doivent traiter. Ainsi dans le cadre de l’écriture créative, le travail sur la description requiert une bonne maîtrise des adjectifs.

Si l’on a recours au logiciel « Atelier d’écriture » , dans la rubrique « Aide de vocabulaire », « Explorer un champ lexical », au mot « Saleté », on obtient la liste suivante qui fait ressortir bon nombre d’adjectifs en « -eux » :

Pour mieux comprendre l’intérêt de ce suffixe, on va dans l’Aide du Robert, à la rubrique « Suffixes »,

puis on fait une Recherche par Entrées,

en demandant la liste des adjectifs terminés par « -eux ».

On peut alors envisager de faire rédiger une courte description avec cette contrainte d’écriture ; de tels exercices peuvent contribuer à enrichir le vocabulaire des élèves.

Par ailleurs, quand les élèves ont pris conscience de l’intérêt de consulter le dictionnaire Robert pour enrichir leur écriture et des limites du dictionnaire des synonymes d’un traitement de texte, on couplera le Robert avec Word (en mode résident) ce qui permettra, par exemple de remplacer l’adjectif « rouge » auquel l’élève a songé par un des multiples synonymes associés à cet adjectif dans le Robert.

Nous ne donnons ici que quelques pistes. Chacun saura les adapter au niveau de sa classe, en inventer d’autres, et voir les élèves trouver ensuite eux-mêmes des chemins d’exploration efficaces correspondant à leur forme d’esprit, à leurs besoins et à leurs intérêts de lecteurs et d’écrivains en herbe...

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)