Jardins d’enfance

, par PLAISANT-SOLER Estelle, Lycée Saint-Exupéry, Mantes-la-Jolie

Présentation de la séquence :

Le thème du jardin

Le thème du jardin s’avère très riche en ce qui concerne cet objet d’étude. Il permet d’aborder toutes les formes du biographique : autobiographie, mémoires, journal intime, roman autobiographique et biographie. Il favorise également l’analyse des différentes fonctions et finalités de l’écriture de soi, dans ses rapports avec les registres et l’argumentation, tant les dimensions narratives du jardin peuvent varier. En outre ce thème offre surtout la possibilité aux élèves de percevoir les points de passage obligés, ou « biographèmes », que comporte tout récit de vie. Le jardin d’enfance est de ce point de vue aussi attendu que la première journée d’école par exemple, mais il s’ouvre aussi bien sur les rapports de l’enfant avec les autres enfants qu’avec ses parents. C’est également un lieu d’expérience et de découvertes. Autant d’atouts qui en font un lieu privilégié de l’exercice du souvenir. La permanence de ce topos permet alors à l’élève d’envisager les jeux avec les attentes du lecteur que peut mettre en place l’auteur : comment présenter comme mien ce qui est également propre à autrui ? Comment adapter ce lieu commun, à tous les sens du terme, à mon propre moi ? Une question qui s’avèrera centrale chez de nombreux autobiographes confrontés au jardin d’enfance, comme Nathalie Sarraute par exemple.

Le choix du corpus

Le corpus des textes proposés ici offre un panel assez vaste des jardins d’enfance liés au biographique. Tous ne sont pas analysés dans la suggestion de séquence qui les suit, mais chacun pourra s’inspirer de cette liste pour élaborer son propre travail en fonction de ses choix personnels, de sa progression annuelle et de ses élèves. Ce corpus se limite volontairement aux textes du XXème siècle. Il s’agit d’un choix stratégique et non d’un oubli. Le jardin d’enfance en tant que tel, souvent lié au jardins publics, est un fait sociologique du XXème siècle. Cela permet en outre d’étudier l’essor considérable qu’a connu le biographique à cette période, avec toute une recherche, tant générique que stylistique. Les liens avec l’histoire littéraire ne sont pourtant pas oubliés. Les premières séances consacrées au biographique en général et à la biographie en particulier peuvent être l’occasion d’ouvrir l’analyse aux origines historiques du genre du récit de vie. La séance TICE sur le portrait et l’autoportrait en peinture va dans le même sens. De nombreux textes antérieurs au XXème siècle peuvent également être convoqués en documents complémentaires lors de l’analyse de ces textes, ainsi l’incipit des Confessions de Rousseau face à celui de Gide. Le devoir de fin de séquence, ouvert à d’autres siècles, peut aller dans le même sens. Mais c’est surtout le choix de la lecture cursive qui s’avère primordial. L’analyse des origines de l’autobiographie et de l’écriture de soi se limite trop souvent à l’incipit des Essais de Montaigne ou à celui des Confessions de Rousseau, voire à celui des Mémoires d’Outre-tombe. Choisir une telle œuvre en lecture cursive, même en en limitant les chapitres, permet aux élèves d’approfondir leur connaissance du genre, rendue par ailleurs plus facile par un travail sur des textes du XXème siècle, d’abord plus facile en ce qui concerne la syntaxe et le vocabulaire. En outre, ce choix peut compléter le travail sur d’autres objets d’étude au programme, comme l’essai, si cela n’a pas été effectué dans la séquence consacrée à l’argumentation.

Objets d’étude :

Le biographique

Perspectives d’étude :

- Genres
- Histoire littéraire et culturelle
- Registres
- Argumentation
- Intertextualité, production et singularité des textes

DOCUMENTS

- Déroulement de la séquence et détail des textes étudiés

- Autres séquences sur le thème du jardin

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)