Guide pédagogique : utilisation des TICE en cours grec ancien

, par DELISLE Robin, Collège Paul Bert, Malakoff

Ce guide à l’usage des professeurs a pour objet de préciser les modalités d’utilisation des logiciels recommandés dans le cadre des cours de grec.

Commenter une leçon

- chaque élève se connecte sur l’URL de la page. Le professeur commente alors la leçon en interrogeant tour à tour les élèves. Par exemple dans la leçon n°1, le professeur fait observer le texte grec puis demandera à l’un des élèves d’essayer de devnier la prononciation de certaines lettres en s’appuyant sur la parenté graphique de l’alphabet grec et de l’alphabet latin.
- Si les ordinateurs sont en réseau, tous les élèves activent Netmeeting et appellent l’adresse IP attribuée par le routeur à l’ordinateur du professeur. Ce dernier doit avoir au préalable démarré Netmeeting et entamé une conférence-hôte (pour mémoire, chacun peut obtenir son adresse IP en tapant la commande « winipcfg » dans Démarrer/Exécuter au bas de l’écran de Windows).
Le professeur n’a plus alors qu’à activer son navigateur et à le partager (mode collaboration) pour que l’écran du navigateur apparaisse sur tous les écrans des élèves. L’intérêt est de pouvoir sélectionner les zones de texte que l’on veut mettre en évidence. De plus, le professeur peut entièrement contrôler la vitesse de progression des élèves.
- Si les ordinateurs disposent de suffisamment de mémoire, le professeur peut aussi coller le cours sur un document Word, (StarOffice accepte aussi les polices unicode), ce qui lui permet de disposer de toutes les options de police. Ainsi dans la leçon n°1 s’il veut par exemple mettre en évidence les variations de désinences, il peut les grossir en 40 points. En principe, les élèves ne devraient éviter de pouvoir voir la désinence ainsi mise en évidence...
- En cas de connexions poste à poste ou partagée, chaque ordinateur peut appeler un serveur ILS. Celui de l’académie de Versailles s’appelle « salix.neottia.net:1002 ». Il suffit de taper alors l’adresse du serveur dans la fenêtre activée par l’icône « Annuaire » pour se connecter à ce serveur ILS. Il est recommandée néanmoins de ne pas essayer de s’y connecter à plus de 8 à 10 ordinateurs.
- Si le cours est publié sur un forum de news, chaque élève active son logiciel de messagerie et peut alors lire le cours publié en recherchant l’intitulé de ce dernier dans les fils. Il agrandit alors le message et l’on procède comme s’il s’agissait d’une fenêtre HTML. Il faut évidemment avoir envoyé au préalable le cours sur le forum académique.

IMPORTANT !!!

Chaque élève doit toujours configurer son nom lorsqu’il utilise un logiciel de messagerie ou Netmeeting. Idéalement, il faudrait même que chaque élève ait son profil utilisateur lorqu’il manipule son logiciel.

Travail en commun

une version ou un exercice de traduction

Cahque élève active Netmeeting. Le professeur démarre une conférence-hôte. Il active un traitement de texte, de préférence Word-Antioch, et partage le document. Il colle alors le texte à traduire ainsi que le vocabulaire qu’il récupére sur un page web ou sur le forum, à moins qu’il n’ait apporté son cours sur disquette sur un document word, plus directement.
la fenêtre apparaît sur l’ordinateur de chaque élève. Chaque élève recherche alors la traduction du texte sur son cahier (ou encore chaque élève travaille sur son propre document word, quitte à copier-coller son résultat sur le document partagé par la suite) puis prend le contrôle du document partagé quand vient son tour de corriger une phrase (il suffit de double-cliquer sur le document).

une image

Activer Netmeeting. Démarrer une conférence-hôte Copier l’image à partir du navigateur en la sélectionnant, puis la coller sur l’outil « Tableau blanc ». Verrouiller immédiatement le document (icône en forme de cadenas sur la gauche de la fenêtre). Le tableau apparaîtra sur tous les écrans. Il devient alors possible de travailler l’image avec tous les accessoires du tableau (couleur, texte, pinceau, etc...).
les élèves peuvent alors activer l’outil conversation et pendant 5 minutes écrire leur remarque (on peut par la suite enregistrer la page en format texte). Le professeur fait alors une synthèse des remarques. Le cas échéant il peut déverrouiller le tableau s’il interroge un élève en particulier afin que ce dernier agisse sur l’image (Attention que personne ne touche à sa souris pendant ce temps !).

vidéo

Hélas une image vidéo ne peut être partagée. Dans un tel cas, ex :http://www.stoa.org/metis/ un site qui propose des visites virtuelles de monuments grecs avec images en 3D (ne pas oublier de télécharger QuickTime souvent indsipensable pour ce genre de document), on regroupe les élèves sur 4 ou 5 ordinateurs (selon les vitesses de chargement), tout en conservant netmeeting activé. Un élève par ordinateur fait part des observations de tous dans la fenêtre de conversation de Netmeeting. Par la suite, tout le monde peut retourner à sa place pour faire la synthèse du commentaire.

Autre cas de figure, l’écoute et la visualisation d’un document comme ceux que propose le théâtre Démodocos. On procède de la même façon. Dans le cas très particulier d’exercices de scansion, ou plus simplement de lecture, on regroupe aussi les élèves sur quelques ordinateurs, où l’on pourra à la rigueur enregistrer les fichicers sons.

Travail personnel

- Questionnaire :
L’élève active le logiciel de messagerie. Il clique sur le bouton « Répondre au groupe » ou son équivalent. Il ne conservera du message que la zone concernée par la réponse. Si jamais le document est un lien hyper-texte, il aura pris soin de l’activer au préalable.
Il ne lui reste plus alors qu’à répondre aux questions dans la fenêtre de message (Attention, toujours publier en format texte et non en HTML ! => ce dernier format est bien trop lourd et difficile à publier si le réseau ou la connexion sont saturés.)
- Version ou contrôle :
Mêmes opérations, mais sur un texte de version. Optionnellement, on peut utiliser simultanément le dictionnaire grec ancien-anglais de Perseus (voir mode d’emploi sur cette page). Notez que la prise en charge multilingue de windows fait la différence entre les pages ouvertes : ainsi vous pouvez très bien être en grec dans le fenêtre Perseus, et en français sur le logiciel de messagerie.

Travail en classe ouverte

C’est très certainement le plus difficile à mettre en oeuvre, car il suppose d’établir des pistes de travail commun avec une autre classe avec laquelle les contacts se feront par support électronique.
Les pistes ici proposées ne sont que des pistes de réflexions et n’ont jamais été testées.

On peut supposer que le courrier électronique et le forum seront les lieux privilégiés d’échanges intranationaux ou internationaux.

Sur le forum

- Effectuer un échange d’élèves : sous le contrôle des deux (ou plus) professeurs, 2 à 4 élèves d’une classe suivent les cours à distance d’un professeur, et similairement pour 2 à 4 élèves de la classe de ce dernier.
* Correspondance en grec ancien entre les élèves via des adresses mail (à ce sujet, yahoo offre gratuitement des adresses mails dont on peut réceptionner le courrier dans un logiciel de messagerie, puisque yahoo dispose d’un serveur pop.)
- Exposé commun avec construction d’une page web.
- Si véritablement, les professeurs sont déterminés à entamer une coopération pleine et entière, on peut envisager d’autres formes d’échanges plus enrichissantes encore, telles ques des cours à distance de l’un pour la classe de l’autre sous le contrôle de ce dernier et inversement. Dans un tel cas, on exploitera pleinement les possibilités de communication offertes par le forum et par Netmmeting (hélas pour ce dernier logiciel, il sera nécessaire de passer par l’adresse IP d’un particulier, les connexions de réseau à réseau étant impossibles via un serveur ILS sauf réglage extrêmement délicat des ports par le fournisseur d’accès). Une alternative à Netmeeting serait une messagerie instantanée telle que AOL Instant Messenger.

Les choses se compliquent singulièrement s’il s’agit d’une correspondance avec une classe étrangère.

- Définir ce que l’on pourrrait appeler un lexique de communication : formules simples et mots simples en grec ancien permettant de lier connaissance.
- Dans le même ordre d’idée on peut aussi mettre au point un glossaire grammatical en grec ancien, afin que les élèves puissent s’entraider sur des textes en se posant des questions les uns aux autres. Le dictionnaire Perseus sera à l’évidence d’une grande aide en cas d’échange. Il est néanmoins clair qu’il sera difficile d’éviter de passer par une langue tierce.

En définitive, tout ceci n’est que pistes diverses et variées que l’on peut espérer voir améliorées par l’usage et la pratique. Le projet Agora est jeune et n’a qu’une année d’existence. N’hésitez pas à me communiquer vos suggestions et idées.

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)